Profil inquiétant de la mère, violences… ce que l’on sait de l’enlèvement de Mia, 8 ans, dans les Vosges – Lorraine Actu

Spread the love
La photo de la fillette, Mia, a été recommuniquée aux médias lors de la conférence de presse du procureur de la République d'Epinal.
La photo de la fillette, Mia, a été recommuniquée aux médias lors de la conférence de presse du procureur de la République d’Epinal. (©Amandine Mehl/ Lorraine Actu)

L’Alerte enlèvement est levée depuis cette nuit après le kidnapping de la petite Mia Montemaggi, 8 ans, dans les Vosges.

La fillette reste toutefois recherchée activement et le « danger est persistant », selon le procureur de la République d’Epinal, Nicolas Heitz, qui a tenu une conférence de presse ce mercredi matin. 

Il a indiqué que la fillette, sa mère et trois hommes suspectés d’avoir participé à l’enlèvement sont toujours recherchés.

À lire aussi

La fillette enlevée chez sa grand-mère

Le dispositif Alerte enlèvement avait été déclenché mardi après que l’enfant a été enlevée par trois hommes alors qu’elle était chez sa grand-mère dans les Vosges, selon la gendarmerie et le procureur de la République d’Epinal.

La petite fille « a été enlevée à Les Poulières ce mardi vers 11h30 par trois hommes de type européen, deux âgés entre 25 et 35 ans, dont l’un serait porteur d’un tatouage en forme de croix au niveau du cou, et un troisième âgé de 45 à 50 ans », selon le texte diffusé.

Le profil inquiétant de la maman, signalement de violences sur Mia

« La maman n’avait pas le droit de voir l’enfant seule » et « seulement en présence d’un tiers », « deux fois par mois », a affirmé Nicolas Heitz.

La fillette était « suivie par le juge des enfants », précise le procureur. Sa mère, qui « refusait toute collaboration avec les services éducatifs », avait fait une demande de scolarisation à domicile « qui avait été refusée ».

Le magistrat a aussi révélé un profil « inquiétant » de la maman, Lola Montemaggi. Il a expliqué que la justice a reçu en décembre dernier un signalement pour des « violences verbales » sur Mia. 

La garde de l’enfant retirée

Un juge des enfants a décidé de lui retirer la garde de l’enfant en janvier 2021 en la confiant à sa grand-mère maternelle. 

Elle avait aussi fait état de désirs suicidaires et « avait adopté un comportement inquiétant » devant le juge des enfants.

La maman comparait la justice à un « système criminel » et ne voulait pas qu’elle « se mêle de sa vie ».

Le procureur de la République d'Epinal Nicolas Heitz lors d'une conférence de presse, mercredi 14 avril 2021.
Le procureur de la République d’Epinal Nicolas Heitz lors d’une conférence de presse, mercredi 14 avril 2021. (©Amandine Mehl/ Lorraine Actu)

Le procureur remontre la photo de Mia

Nicolas Heitz assure que diffuser la photo de la fillette peut aider dans les recherches. « Il m’apparait important de vous la remontrer », a-t-il dit devant les caméras et les photographes. 

Plus tôt dans la matinée, le ministère de la Justice avait demandé de ne plus diffuser de photos de la fillette.

Il a rappelé que le cadre légal de l’Alerte enlèvement prévoit une diffusion à large niveau dans les médias durant trois heures. Ce dispositif a été arrêté à minuit et le procureur n’a pas jugé nécessaire de le prolonger.

Un enlèvement par ruse chez sa grand-mère

Le mode opératoire du rapt a aussi été détaillé par le magistrat. Deux hommes ont sonné au domicile de la grand-mère mardi matin « en se faisant passer pour des professionnels du STEMO (Les Services Territoriaux Educatifs de Milieu Ouvert). Ils étaient munis de papier et ont indiqué vouloir emmener Mia pour qu’elle rencontre sa mère ».

Ils ont « mis en confiance cette dame et expliqué devoir conduire l’enfant dans leurs locaux pour voir sa maman », explique le procureur.

Un troisième homme attendait à l’extérieur au volant d’un véhicule Volkswagen de type transporter gris anthracite.

L’enlèvement s’est déroulé « sans violences ».

30 signalements déjà reçus depuis mardi soir

Le procureur a aussi assuré que 30 signalements ont été reçus et vérifiés par les enquêteurs.

La section de recherches de la gendarmerie de Nancy et la brigade de recherches de Saint-Dié-des-Vosges continuent les investigations. Une enquête a été ouverte pour « enlèvement de mineur de moins de 15 ans ».

(Nicolas Zaugra avec Amandine Mehl)

Leave a Reply