Procès Fillon : « C’est impossible de dire que j’ai fait ceci comme épouse ou comme collaboratrice, tout était mélangé » confie Penelope Fillon – 20minutes.fr

Spread the love
Procès Fillon: Incohérences et stratégie de défense — 20 Minutes
  • François et Penelope Fillon sont jugés pour « détournement de fonds publics » et « abus de bien sociaux ».
  • François Fillon est accusé d’avoir rémunéré son épouse comme collaboratrice parlementaire alors qu’elle n’exerçait pas de réelles fonctions, selon l’accusation.
  • Ce lundi, à l’occasion de la 4e journée d’audience, la défense a tenté d’apporter les preuves de l’activité de Penelope Fillon auprès de son mari lors de ses différents mandats.

Ce devait être le temps des preuves. Après avoir dénoncé une « instruction biaisée » et des témoignages « peu pertinents », François Fillon entendait bien démontrer ce lundi l’emploi réel occupé par son épouse Penelope quand il était député. Pour y parvenir, les avocats du couple ont versé au dossier près de 500 documents, courriers, e-mails, attestations ou coupures de presse locale. Mais la tâche s’annonçait complexe. Pendant l’enquête, ces éléments avaient été balayés par les juges d’instruction estimant qu’ils étaient « destinés à faire masse » et « ne démontraient rien ».

Evitant les critiques éventuelles d’une audience menée « à charge » contre les prévenus, les magistrates chargées aujourd’hui de les juger ont donc pris leur temps. Trois heures pour éplucher et décortiquer ces pièces retrouvées pour la plupart dans le manoir du couple Fillon. Quel lien ont-elles avec le contrat de collaboratrice parlementaire de Penelope Fillon ? Quel a été son apport dans les tâches mises en avant par la défense ? Et cette même question lancinante qui sans cesse est revenue : aurait-elle exercé toutes ces tâches si aucun contrat rémunéré ne l’avait liée à son mari ?

Vernissage, conférence et concours hippique

Sur le pupitre fixé à la barre, un classeur épais trône. Tout au long de l’audience, lunettes vissées sur le nez, Penelope Fillon a feuilleté ce volume compact. A l’intérieur, toutes les pièces collectées par leurs avocats et destinées à prouver l’emploi de l’épouse de l’ex-Premier ministre figurent.

On y trouve quelques coupures de presse en noir et blanc, relatant un vernissage local, une exposition ou une conférence dans un établissement hospitalier. « Je représentais mon mari », explique à la barre Penelope Fillon. En mai 2012, elle est invitée par les commerçants de la ville de Sablé pour un événement qui met à l’honneur l’Angleterre. La magistrate interroge : « Pensez-vous que vous auriez été invitée si vous n’aviez pas de contrat qui vous liait à votre mari ? ». « Je ne sais pas » bredouille la prévenue. La réponse est oui, son époux n’avait pas encore quitté Matignon à l’époque et n’exerçait pas encore son futur mandat de député.

Quelques pages plus tard, la présidente se penche sur les très nombreux échanges entre Penelope Fillon et la secrétaire « historique » de son mari, Sylvie Fourmont. Arrivé au domicile du couple, le courrier est réorienté par l’épouse de François Fillon vers les membres de son équipe de collaborateurs qui prennent le relais. Pour la majorité, elle reconnaît ne pas être intervenue sur le fond, ses initiales par ailleurs n’apparaissent quasiment jamais sur les courriers versés. Pour beaucoup enfin, les liens entre les écrits versés par les avocats et l’activité de Penelope Fillon semblent ténus voire inexistants.

A quelques centimètres d’elle, François Fillon vient régulièrement à sa rescousse. « Il faut sans arrêt être sur le dos des collaborateurs pour que les dossiers avancent, il y a énormément de demandes et de courriers qui arrivent (…) ce que je demandais à Penelope c’était de vérifier sans arrêt que les dossiers avancent (…) elle faisait le lien entre le terrain et moi et jouait le rôle de donneur d’ordres », justifie l’ex-député de la Sarthe.

« Personne ne m’a posé la question »

Au-delà du rôle joué par Penelope, c’est le titre relatif pour lequel l’épouse de François Fillon a exercé telle ou telle activité qui a suscité de vifs débats ce lundi. « A vous écouter, on comprend que vous avez eu la même activité, que vous ayez été contractualisée ou pas », note ainsi l’un des magistrats du parquet, Aurélien Létocart. « Je pense que tout est tellement mélangé que c’est impossible de dire que j’ai fait ceci comme épouse, ceci comme collaboratrice parlementaire » concède Penelope Fillon. Le représentant du ministère public insiste : « Vous l’auriez fait quoiqu’il arrive ? Donc en quoi cela justifie un contrat de travail ? ».

Silence derrière la barre. François Fillon intervient comme à chaque fois que sa femme peine à trouver ses mots : « On pourrait poser la question de façon différente : est-ce que ce n’est pas anormal de travailler et de ne pas être rémunérée ? », lance-t-il. Pas de quoi déstabiliser le parquet qui enchaîne : « Qu’est-ce qu’il se passerait dans la tête des citoyens de la Sarthe ou parisiens s’ils savaient que vous étiez contractuellement la collaboratrice de votre mari ? Qu’est-ce que ça changeait ? Et pourquoi ça a été tu ? », intervient Bruno Nataf. Penelope Fillon, rassérénée, confie : « Mais ça n’était pas tu ! Personne ne m’a posé la question, je n’avais pas besoin de l’annoncer comme ça non plus. Les gens qui travaillaient dans l’équipe de François le savaient et c’était l’essentiel. »

Le procès reprendra mercredi 4 mars.

156 partages

Leave a Reply