Procès du 13-Novembre : « A bleu, B jaune, C vert, D noir… », l’oraison policière pour les morts de la Belle Equipe – Le Monde

Spread the love
Un enquêteur de la brigade criminelle de Versailles (Yvelines) témoigne devant la cour, au procès du 13-Novembre, à Paris, le 20 septembre 2021.

La plupart se connaissaient, ils s’étaient donné rendez-vous le 13 novembre 2015 à la terrasse de la Belle Equipe pour fêter deux anniversaires. La fusillade a duré « entre une et deux minutes ». Vingt et un morts. Une vingtaine de blessés.

Les morts sont ces silhouettes de couleur tracées sur l’écran, dont l’enquêteur RIO 1039672 égrène les identités, lundi 20 septembre, devant la cour d’assises de Paris.

« A bleu, Romain Feuillade, atteint au cou, à la clavicule, à l’abdomen, à la poitrine ; B jaune orangé, Marie-Aimée Dalloz, bouche, cou, abdomen, épaule droite, épaule gauche ; C vert, Thierry Hardouin, thorax, abdomen ; D noir, Hyacinthe Koma, deux plaies à la poitrine ; E gris, Justine Dupont, trois plaies à la poitrine, deux sur le flanc droit, une sur le flanc gauche ; F bleu, Ciprian Ionut Calciu, en position fœtale, touché au flanc gauche, au visage et à la poitrine ; G violet, Lamia Mondeguer, visage, cou, poitrine, bas ventre ; H vert, Romain Didier, en chien de fusil, quatre plaies aux membres inférieurs, dos ; I vert sombre, Michelli Gil Jaimez, flanc gauche ; J gris Lacramioara Mariana Pop, atteinte à l’aine et au bas du dos ; K, vert, Anne-Laure Arruebo, assise sur une chaise, buste écroulé, abdomen, oreilles, membres inférieurs ; L, bleu turquoise, Cédric Ginestou, base du cou, clavicule, cuisse ; M, jaune, Cécile Coudon Peccadeau de l’Isle, crâne et bas du cou. »

On voudrait s’arrêter quelques instants sur cette oraison rimbaldienne qui fige la terreur. Sur ces contours pudiques, dont certains se chevauchent et s’enchevêtrent. Marie-Aimée Dalloz et Thierry Hardouin, Lamia Mondeguer et Romain Didier, étaient en couple dans la vie, ils sont emmêlés dans la mort. Sur une table à l’intérieur du restaurant, le regard saisit encore un bouquet de fleurs roses et rouges, indemne dans son vase au milieu du chaos.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Denis Salas : « Au fracas des armes, le procès des attentats du 13-Novembre oppose un espace de parole »

Noir inventaire

Mais déjà une autre image apparaît à l’écran. Dans un poste médical avancé, situé à quelques mètres de la Belle Equipe, gisent six autres corps que les secouristes ont tenté en vain de réanimer. L’enquêteur poursuit son noir inventaire : « 1, Djamila Houd, épaule, thorax, nuque, lombaire ; 2, Véronique Geoffroy épouse Ricour-Lagache de Bourgies, omoplate, flanc ; 3, Guillaume Le Dramp, aisselle droite, membres supérieurs et inférieurs ; 4, Macatheo Ludovic Boumbas, bas du dos, thorax, flanc ; 5, Halima Saadi épouse Ndiaye, bras, poitrine, nuque, omoplate ; 6, Victor Munoz, nuque, omoplate, membres inférieurs. »

Il vous reste 66.83% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply