Primaire écologiste : les Verts dans le noir avant le dénouement du duel Jadot-Rousseau – Le Parisien

Spread the love

« On est hyperstressés et impatients : personne ne peut dire qui va gagner, ça va être particulièrement serré », prédit le soutien d’un des deux finalistes. À quelques heures du résultat final de la primaire écologiste attendu ce mardi à 17h30, le suspense est total quant à l’issue du vote électronique des quelque 122 000 inscrits appelés à départager l’eurodéputé Yannick Jadot, chantre de « l’écologie de gouvernement », et l’universitaire lilloise Sandrine Rousseau, qui se définit comme « écoféministe » et défend une nécessaire « radicalité ».

Favori du scrutin, Yannick Jadot est arrivé en tête au premier tour mais avec un score de 27,7 % des voix, en dessous de ce que sa notoriété pouvait lui laisser espérer, tandis que Sandrine Rousseau a créé la surprise en le talonnant avec 25,14 % des voix. La clé du scrutin réside donc dans le report des voix, difficile à anticiper, des électeurs de la députée Génération Écologie Delphine Batho (22,32 %) et du maire EELV de Grenoble d’Éric Piolle (22,29 %), arrivés dans un mouchoir.

Des relations fraîches entre les deux finalistes

Si leurs propositions divergent assez peu, les deux prétendants ont adopté des stratégies opposées. « Au regard de l’urgence climatique et sociale, sans rupture avec le libéralisme, on va dans le mur », résume un proche de Rousseau pour qui la « dynamique » est de son côté. Quand les proches de Jadot — qui a reçu le soutien de nombreux élus et parlementaires écologistes vantant son « pragmatisme » — assurent que « le premier enjeu de cette primaire, c’est de rassembler la famille écolo, et ça Yannick le fait mieux que Sandrine ».

PODCAST. Yannick Jadot : de Greenpeace à EELV, portrait du favori de la primaire écologiste

Les écologistes sont parvenus à éviter les psychodrames tout au long de cette primaire mais les relations entre les deux finalistes se sont sérieusement rafraîchi ces deniers jours, notamment lors des débats. Au point de remettre en cause la règle du soutien réciproque en cas de victoire ? « Chez nous tout peut basculer mais je ne suis vraiment pas inquiète, assure la numéro 2 d’EELV Sandra Regol. On a réussi à mener une belle primaire, tout le monde à intérêt à réussir le lancement de la campagne. »

Leave a Reply