Présidentielle américaine : pourquoi Kamala Harris fait-elle peur à Donald Trump ? – RTL.fr

Spread the love

“Kamala comme vous le savez, est intelligente, elle est solide, elle est expérimentée, elle est prête pour le job”, a déclaré le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, ce mercredi 12 août. En devenant colistière de Biden, Kamala Harris devient la première femme métisse à être candidate à la vice-présidence des États-Unis.

Selon Jean-Éric Branna, spécialiste des États-Unis, écrivain et maître conférencier à l’Université d’Assas, la sénatrice Kamala Harris va être la grande découverte de cette année. La campagne de Joe Biden “fonctionne bien”, selon le spécialiste qui rappelle que le candidat démocrate “est entre 10 et 15 points devant (Donald Trump) depuis un moment”. 

Toutefois, Kamala Harris va apporter à Joe Biden, “le petit point qui lui manquait pour que certains aient envie d’aller voter ce 3 novembre (…) parce que Joe Biden tout seul, on se dit : ‘il est gentil, mais est-ce qu’il va vraiment être président?'”. 

En effet, Joe Biden  qui agrège un vote anti-Trump depuis le début de sa campagne, est quelqu’un de plutôt effacé, dans l’ombre. Toutefois, “il est le personnage anti-Trump aux États-Unis”, qui n’a pas hésité à attaquer Donald Trump de façon frontale. 

La seule candidate que Donald Trump a épargné

Kamala Harris était une procureur imperturbable et d’après Jean-Éric Branaa “elle fait très peur à Donald Trump . En effet, la preuve en est que la sénatrice est la seule candidate, sur 17, à qui le Président américain ne s’est jamais attaqué, souligne le spécialiste. 

“Donald Trump ne comprend pas Kamala Harris, il ne sait pas comment la prendre, comment l’attaquer”, explique Jean-Éric Branaa. Une autre raison pour laquelle la sénatrice fait peur au Président américain, c’est parce qu’il ne l’a pas vue venir.

En effet, l’annonce du colistier “boost toujours” une campagne, et c’est ce qui est entrain de se passer. Pour le spécialiste, “Joe Biden écrit l’histoire avec un grand H” en ayant à ses côtés Kamala Harris. Bien que deux femmes ont déjà été candidates à la vice-présidence, Jean-Éric Branaa estime que contrairement à Harris, “elles n’avaient pas leurs chances”.

En choisissant une femme issue des minorités, Joe Biden est cohérent avec son discours de campagne. Le candidat démocrate déclarait vouloir faire le pont entre l’Amérique du passé et l’Amérique du futur. “Il est en train de donner une plus grande place à l’Amérique mélangée”, conclut Jean-Éric Branaa.

La rédaction vous recommande

Lire la suite

Leave a Reply