Présidentielle américaine, J – 23 : Donald Trump relativise à nouveau l’épidémie de Covid-19 – Le Monde

Spread the love
Donald Trump retire son masque lors de son meeting de campagne à la Maison Blanche, le 10 octobre à Washington.

A l’approche de l’élection présidentielle du 3 novembre, Le Monde tient le carnet de bord de la campagne. Un point quotidien, avec les faits de campagne, les publicités politiques, les sondages, les cartes et les chiffres qui permettent de suivre et de vivre la plus importante compétition électorale du monde.

  • Le fait du jour

Six jours après sa sortie de l’hôpital militaire Walter-Reed, où il avait été conduit à la suite d’un test positif au Covid-19, Donald Trump a une nouvelle fois brouillé les lignes entre le président et le candidat, samedi 10 octobre. Il a en effet organisé à la Maison Blanche un meeting de campagne présenté comme relevant de ses activités de locataire du bureau Ovale. Le président s’est exprimé pendant dix-huit minutes, une durée bien plus courte que celle de ses discours de campagne parfois longs de deux heures.

Il a parlé depuis le balcon sud de la demeure présidentielle devant environ cinq cents personnes rassemblées sur la pelouse sans respecter les recommandations de distanciation physique des autorités fédérales. Sa première allocution publique, en dehors de longues interventions sur la chaîne Fox News et le programme radiophonique de l’ultra-conservateur Rush Limbaugh, a été l’occasion pour lui de minimiser une nouvelle fois la gravité de l’épidémie.

Lire aussi Elections américaines : Trump n’est plus contagieux, selon la Maison Blanche, et va multiplier les apparitions publiques

« Je veux que vous sachiez que notre nation va vaincre ce terrible virus chinois, comme nous l’appelons », a-t-il lancé. « Nous produisons des thérapies et des médicaments puissants, et nous guérissons les malades, et nous allons guérir. Et le vaccin sort très, très rapidement, en un temps record, comme vous le savez. Il sortira très, très bientôt. Nous avons d’excellentes entreprises qui le font, et elles le distribueront, et nous le ferons – par l’intermédiaire de nos militaires – très, très rapidement », a poursuivi le président.

« Nous nous en débarrasserons. Partout dans le monde, on voit de grosses flambées en Europe, de grosses flambées au Canada – une très grosse flambée au Canada ; vous l’avez vu aujourd’hui. Beaucoup de flambées. Mais ça va disparaître, il disparaît. Et les vaccins vont aider, et les thérapies vont beaucoup aider », a-t-il insisté.

Le président des Etats-Unis n’a pas mentionné la situation dans son propre pays qui est pourtant inquiétante. Le nombre de contaminations est en effet reparti à la hausse en atteignant les niveaux du début du mois d’août. Les espoirs qu’il avait placés sur la délivrance massive d’un vaccin avant l’élection ont été déçus par la volonté des Centres de contrôle et de prévention des maladies de maintenir les normes habituelles et de n’autoriser un vaccin que si les essais démontrent qu’il réduit d’au moins 50 % l’incidence du Covid-19.

Il vous reste 60.06% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply