Présidentielle américaine : économie, santé, diplomatie… A quoi ressemblerait le second mandat de Donald … – franceinfo

Spread the love

Le président républicain espère rester quatre ans de plus à la Maison Blanche. Mais son programme reste peu détaillé…

Quatre ans de plus à la Maison Blanche. C’est l’objectif de Donald Trump, président sortant et candidat républicain à la présidentielle américaine. Le milliardaire fera face au démocrate Joe Biden pour le premier débat de la campagne, mardi 29 septembre. L’occasion pour les deux adversaires de détailler leur programme pour les Etats-Unis, durement touchés par la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de Covid-19. Mais à quoi ressemblerait un deuxième mandat de Donald Trump ? Si Joe Biden a mis en ligne un programme exhaustif détaillant sa vision pour les Etats-Unis, le républicain s’est pour l’instant contenté de lister 50 priorités avec “peu de détails”, raille le New York Times*. Franceinfo se penche sur les propositions (parcellaires) de Donald Trump pour son deuxième mandat.

Sur l’économie : créer 10 millions d’emplois

Donald Trump comptait jouer largement sa campagne sur ses bons résultats économiques. Lundi 24 août, il assurait* ainsi qu’avant la crise sanitaire, “nous prenions une direction jamais vue : l’économie la plus florissante, les plus bas chiffres du chômage de l’histoire du pays”. Mais l’épidémie de Covid-19 a détruit plusieurs millions d’emplois et les Etats-Unis sont entrés en récession au deuxième trimestre 2020, après une chute historique du PIB de 32,9%.

Désormais, le républicain s’engage à relancer une économie fragilisée. Il compte ainsi créer “10 millions d’emplois en 10 mois” et “un million de petites entreprises”. Sans donner la moindre précision sur la façon dont il compte y parvenir… Donald  Trump précise aussi vouloir étendre les zones franches, faire baisser les impôts et rapatrier de Chine un million d’emplois.

Sur la santé : trouver un vaccin contre le Covid-19 avant la fin de l’année

Parmi les priorités de Donald Trump pour ce deuxième mandat : éradiquer l’épidémie de Covid-19, qui a fait près de 200 000 morts dans le pays, selon le décompte de l’université Johns-Hopkins*. Le président, très critiqué sur sa gestion de la crise sanitaire, s’engage à “développer un vaccin” contre le virus “d’ici fin 2020” et à “ramener la situation à la normale en 2021”, sans plus de détails sur la façon dont il compte y parvenir. “Nous sommes très près [de trouver] ce vaccin, plus que la plupart des gens veulent bien le dire”, a-t-il garanti* lors d’une conférence de presse, mercredi 16 septembre. Il a ensuite affirmé que ce vaccin pourrait être disponible à partir de “mi-octobre”, contredisant les autorités sanitaires américaines qui l’espèrent pour 2021.

Donald Trump souhaite par ailleurs rapatrier la fabrication du matériel de protection et de médicaments aux Etats-Unis et reconstituer des stocks pour faire face à d’éventuelles prochaines pandémies. Plus largement, le républicain compte faire baisser le prix des médicaments et les cotisations des assurances santé, mettre un terme aux factures hospitalières imprévues et “protéger la Sécurité sociale”.

Sur les questions de société : défendre les valeurs des conservateurs

Sur les questions de société, Donald Trump se montre toujours aussi conservateur. Il veut ainsi “défendre les valeurs américaines” en soutenant le droit au port d’armes à feu, en continuant de nommer des juges conservateurs à la Cour suprême et en “protégeant les vies à naître par tous les moyens possibles”, une promesse qui fait écho à son engagement auprès des militants anti-avortement. Le président souhaite également que “l’exceptionnalisme américain” (une théorie politique selon laquelle les Etats-Unis occupent une place unique dans le monde et ont un rôle de leader sur la scène internationale) soit enseigné à l’école.

Alors que le mouvement antiraciste ne cesse de gagner en ampleur outre-Atlantique et qu’une partie des militants appelle à baisser les budgets des forces de l’ordre en réponse aux violences policières, le président entend “défendre la police”. Il compte ainsi engager davantage de policiers et “alourdir les peines pour les attaques sur les forces de l’ordre”. Il promet également “d’amener devant la justice les groupes extrémistes violents, comme les antifas” accusés par le président d’être responsables des affrontements survenus en marge des manifestations de Black Lives Matter.

Sur le plan des innovations : viser la Lune (et Mars)

Climatosceptique notoire, Donald Trump n’a pas placé l’environnement parmi les 50 priorités de son second mandat. Il prévoit toutefois de travailler, avec d’autres Etats, à “nettoyer les océans”. Le président américain promet en revanche plusieurs innovations à ses concitoyens : il veut “gagner la course pour la 5G afin d’établir un réseau d’internet à très haut débit dans tout le pays, développer les infrastructures nationales et lancer une “force spatiale”. L’objectif : installer une présence permanente sur la Lune et envoyer la première mission habitée sur Mars durant les quatre prochaines années.

Sur l’immigration : maintenir une ligne dure

En 2016, Donald Trump avait fait campagne sur une ligne très dure sur l’immigration. Quatre ans plus tard, le républicain n’a pas changé de ligne. Il propose “d’empêcher les émigrés sans papiers d’accéder aux aides, à l’assurance santé et à l’université gratuite” et d’expulser systématiquement les “membres de gangs” qui n’ont pas la nationalité américaine. Il souhaite par ailleurs interdire les villes sanctuaires, qui refusent de collaborer avec les autorités fédérales pour l’arrestation des immigrés sans papiers, et “empêcher les entreprises américaines de remplacer les citoyens américains par des travailleurs étrangers payés moins cher”.

Sur le plan diplomatique : ramener les soldats américains à la maison

Donald Trump veut continuer à mettre la pression sur la Chine, alors que les tensions entre Pékin et Washington ont repris de plus belle en septembre. Le président promet de baisser les impôts pour les entreprises qui rapatrient des emplois ou des usines de Chine, notamment dans les secteurs essentiels comme l’industrie pharmaceutique. Il compte par ailleurs tenir Pékin “pour responsable d’avoir permis au [coronavirus] de se répandre dans le monde”.

En outre, le président promet de “mettre un terme aux guerres sans fin” et de rapatrier les soldats américains déployés à l’étranger. Il compte par ailleurs “étendre la force militaire américaine”“exterminer les terroristes qui menacent de s’en prendre aux Américains” et “construire un grand système de cybersécurité et un système de défense antimissile”. Là encore, le programme ne précise pas par quels moyens il compte atteindre ces objectifs.

* Les liens marqués par un astérisque renvoient vers des articles en anglais.

Leave a Reply