Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand sera «candidat pour un mandat unique» et refuse la primaire à droite – Le Parisien

Spread the love

Xavier Bertrand a tranché : il sera candidat à la présidentielle, coûte que coûte. Sur le plateau du journal de TF1, le président de la région Hauts-de-France, tout juste réélu, a rejeté l’idée de participer à une primaire à droite, alors que plusieurs cadors des Républicains le réclamaient. « Je suis candidat à l’élection présidentielle, candidat pour être président de la République », « je ne serais pas candidat à la primaire », a-t-il confirmé. Et de préciser : « Je serai candidat pour un mandat unique. »

« La primaire n’a laissé que des bons souvenirs à droite, elle a été source de divisions, a justifié sur TF1 Xavier Bertrand. La fois dernière, tous ceux qui étaient passés par des primaires ont été éliminés dès le premier tour. » Et d’ajouter : « J’ai la conviction qu’un candidat de la droite républicaine, il y en aura qu’un. » « Je veux rassembler les talents de la droite », a aussi ajouté le patron des Hauts-de-France.

Les Républicains multipliaient ces derniers jours les appels du pied pour organiser une primaire ouverte. Lundi soir, Valérie Pécresse (ex-LR), Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, tous trois candidats potentiels à la présidentielle, ont cosigné avec le patron des Centristes Hervé Morin une tribune dans Le Figaro pour réclamer « dès que possible » l’organisation d’une primaire ouverte de la droite et du centre. « L’homme ou la femme providentielle que certains espéraient ne s’est pas imposé », y affirment-ils.

Un bureau politique s’est tenu, ce mardi, chez les Républicains, pour aborder le sujet. « On va lancer les choses sérieuses, engager un processus de départage pour choisir le meilleur candidat derrière lequel tous nous ranger », avait promis juste avant Agnès Evren, l’une des vice-présidentes de LR. Le président du parti, Christian Jacob, avait déjà défini les grandes lignes fin juin : vaste étude d’opinion lancée fin août, décision sur un éventuel système de départage fin septembre, puis désignation du candidat en novembre. Il « ne peut pas y avoir deux candidats de la droite et du centre » et les candidats doivent se « mettre d’accord », a-t-il martelé à l’issue du bureau politique.

«La force d’aller à la rencontre de tous les Français»

Xavier Bertrand avait déclaré sa candidature en mars. « Dans la situation actuelle de la France, j’estime que c’est mon devoir », justifiait-il, fixant pour seule condition à son aventure vers l’Élysée sa réélection dans les Hauts-de-France. Réélu fin juin avec plus de 52 % des suffrages face notamment au RN, Xavier Bertrand s’était lancé dans la bataille dès l’annonce de sa victoire : « Ces résultats me donnent la force d’aller à la rencontre de tous les Français. »

Leave a Reply