Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand, Julien Aubert, Eric Ciotti… Les cadres des Républicains divisés pour le second tour – CNEWS

A l’issue des résultats du premier tour de la présidentielle, la déception était grande du côté des Républicains. La défaite de Valérie Pécresse, qui a obtenu 4,8% des voix, a poussé les cadres du parti à se positionner pour le second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Logiquement, Valérie Pécresse a été la première de sa famille politique à s’exprimer dimanche soir. Après avoir remercié son électorat et «assumé» sa part de responsabilité dans la défaite de son parti, la présidente de la région Île-de-France a indiqué qu’elle voterait «en conscience Emmanuel Macron pour empêcher l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen et le chaos qui en résulterait».

Estimant ne pas être la «propriétaire des suffrages», la candidate perdante a malgré tout demandé «aux électrices et aux électeurs de peser dans les jours qui viennent avec gravité les conséquences potentiellement désastreuses» de tout choix «différent du sien».

Un «barrage contre l’extrême droite» qui a été soutenu notamment par Michel Barnier, candidat à la primaire de la droite. Au micro de France Inter ce lundi, ce dernier a indiqué que son vote se porterait «pour Emmanuel Macron sans état d’âme», tout en reconnaissant «une défaite très grave pour la droite républicaine».

Un résultat jugé «terrible» également pour Xavier Bertrand, qui déclaré que seul «le bulletin Macron» pourrait «éviter le Rassemblement national».

Un choix pas si unanime que ça 

Si plusieurs cadres ont assumé leur choix de soutenir Emmanuel Macron, d’autres ont, dès les résultats, annoncé leur volonté de ne pas soutenir le président candidat.

Valérie Pécresse restera présidente de la région Ile-de-France jusqu'en 2028.

C’est le cas du député Eric Ciotti. Lors de son analyse, il a indiqué qu’il ne se «reconnaissait pas» dans la candidature d’Emmanuel Macron. «Je ne le soutiendrai pas», a ajouté l’élu des Alpes-Maritimes, avant d’assurer que son parti devait désormais se «rebâtir et se reconstruire».

Ce choix de ne pas appeler à voter pour Emmanuel Macron a également été assumé par Julien Aubert, député LR du Vaucluse. «A titre personnel, je dirai pour qui je vote, et ce choix ne sera pas le même que Valérie Pécresse», a-t-il reconnu.


Leave a Reply

Discover more from Ultimatepocket

Subscribe now to keep reading and get access to the full archive.

Continue reading