Présidentielle 2022 : malgré la victoire de Christiane Taubira, le pari raté de la Primaire populaire – Le Monde

Christiane Taubira, à Paris, le 30 janvier 2022.

La Primaire populaire, cette initiative citoyenne qui voulait unir la gauche et l’écologie, a donc débouché sur une candidature de plus, celle de Christiane Taubira. Un échec pour tous les militants sincères d’une unité à gauche. Une victoire pour l’ancienne ministre, qui y a trouvé un mode de lancement pour une candidature in extremis. Dans cette primaire qui n’en était plus une – elle n’engageait pas ses candidats –, ce dimanche 30 janvier, qui devait être son apex, avait un air de rendez-vous manqué.

C’est dans une salle de concert parisienne, dimanche soir, que les résultats ont été annoncés. Une salle silencieuse, suspendue au verdict. Les bénévoles de la Primaire populaire, fatigués peut-être par des mois de travail, ont à peine cillé lorsque le nom de l’ancienne ministre a été prononcé. Son nom a été applaudi poliment, sans plus, comme les autres. Il faut dire que le résultat de cette investiture au jugement majoritaire avait l’allure d’un sévère rendu de copies pour une gauche mauvaise élève.

Les résultats de la Primaire populaire sont annoncés au Trabendo, à Paris, le 30 janvier 2022.
Lire aussi Article réservé à nos abonnés Présidentielle 2022 : la gauche suspendue au résultat de la Primaire populaire

Christiane Taubira, mention bien plus, Yannick Jadot, assez bien plus, Jean-Luc Mélenchon, assez bien moins, Pierre Larrouturou, passable plus, Anne Hidalgo passable plus, Charlotte Marchandise, passable moins, Anna Agueb-Porterie, insuffisant. Certains redoutaient que le jugement majoritaire ne donne pas de résultat franc, ce n’est pas le cas, les électeurs ont fait le choix de la seule grande candidate à en avoir accepté les règles. Même si l’écologiste n’est pas si loin derrière.

Au premier rang devant la scène, des émissaires du pôle écologiste disaient d’ailleurs leur déception. « S’il avait fait campagne, Yannick Jadot, qui est très bien placé, aurait été désigné », estimait Alain Coulombel (Europe écologie-Les Verts). Marie Luchi, de Génération.s, notait que dans le calendrier de la campagne, cette primaire avait raté le coche : « On s’est retrouvé à surfer sur des candidatures déjà annoncées. » « On attendait autre chose, que tous les candidats viennent… », regrettait la sociologue Dominique Méda, l’une des premières marraines du processus.

« Continuer à rassembler »

Boudée, puis récupérée par Anne Hidalgo et Christiane Taubira, lâchée ensuite par Anne Hidalgo, cette investiture a en tout cas échoué à rallier à elle les partis : d’abord curieux, ils ont pour la plupart fini fâchés. Son image est ressortie ternie, à la faveur notamment de vidéos montrant que comme les professionnels de la politique qu’ils fustigent, les organisateurs avaient donné dans la petite stratégie.

Il vous reste 68.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Discover more from Ultimatepocket

Subscribe now to keep reading and get access to the full archive.

Continue reading