Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo, candidate en phase de « déparisiannisation » – Le Monde

Spread the love
Anne Hidalgo, maire de Paris, annonce sa candidature à l'élection présidentielle pour le Parti socialiste, à Rouen, le 12 septembre 2021.

Quoiqu’il arrive, Anne Hidalgo, désormais candidate officielle à l’élection présidentielle, a déjà fait mieux que Lionel Jospin. En 2002, le premier ministre socialiste (PS) s’était fendu d’un fax, austère et sibyllin, envoyé depuis son domicile à l’Agence France-presse, pour informer les Français qu’il était candidat. Une déclaration, assez simple d’exécution a priori, mais qui avait failli virer au fiasco. N’ayant pas exactement apprivoisé cet appareil « moderne » de transmission, M. Jospin avait dû se faire aider pour envoyer le document.

Cette fois, il n’y eut aucun accroc technique quand Anne Hidalgo a déclaré la phrase solennelle, dimanche 12 septembre à 10 h 52. Il y avait davantage de monde, ce fut plus maritime qu’il y a dix-neuf ans, la communication politique était même toutes voiles dehors sur les quais de la Seine rouennaise.

« Promesse républicaine »

Ce fut une journée particulière parsemée de symboles un peu grossiers, mais assumés, car il s’agissait de faire simple : Anne Hidalgo, en phase active de « déparisiannisation » aiguë, a choisi Rouen pour démontrer que, durant les huit prochains moins, elle s’adressera à la France entière.

Elle a aussi choisi de mettre ostensiblement en avant le collectif encore harmonieux de son « équipe de France des maires » qu’elle a décidé de sélectionner pour véhiculer le message limpide d’une candidature de proximité, enracinée dans le réel et la vie quotidienne des citoyennes et citoyens. Pour se positionner, finalement, contre le bonapartisme technocratique supposé du chef de l’Etat. Opposer son respect de l’autre au « mépris, à l’arrogance, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies ».

Lire aussi Election présidentielle 2022 : Anne Hidalgo propose de « multiplier par deux au moins » le salaire de « toutes les personnes au contact avec les élèves »

« Sa candidature est complètement pertinente et légitime, car son parcours, son histoire, ses combats, ses valeurs, renvoient à une promesse républicaine », a réagi Mathieu Klein, maire de Nancy, désigné pilote en chef du futur projet présidentiel.

« Promesse républicaine », deux mots qui viennent de faire leur entrée dans le langage courant de sa campagne et en nourriront les ressorts narratifs. Au même titre que les mots-clés « humilité », « transformer », « réindustrialisation », « travail », qu’elle a égrainé tout au long de son allocution. Les lignes de force de son projet social-démocrate et écologique sont identifiées : la transition écologique, la lutte contre les inégalités, l’éducation… « Nous serons audacieux, rigoureux et cohérents », a-t-elle promis.

Il vous reste 62.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply