Près de 75 % de cas de contamination en moins en 24 h en France, un couvre-feu pour le Nouvel an ? – Centre Presse Aveyron

Spread the love

Un chiffre particulièrement faible qui est la conséquence  d’un  nombre réduit de tests réalisés en ce jour de Noël. Preuve aussi de la corrélation nombre de test – nombre de cas positifs – taux d’incidence. Par ailleurs, quelles mesures le conseil de défense sanitaire, qui se réunit ce lundi, va-t-il prendre ?

Ce dimanche 26 décembre, 27 697 personnes ont été testées positives au virus entre samedi et dimanche, selon La Dépêche d’après Santé publique France. Un chiffre faible réalisé un jour férié, celui de Noël. Une mécanique comptable logique : plus de tests réalisés, plus de cas positifs constatés, plus de hausse du taux d’incidence. Rappelons qu’en moyenne, sur le total de cas positifs relevés en une journée, la moitié sont asymptomatiques, et environ  3 % sont hospitalisés, rappelle Libération.

Bref, la magie de Noël… avant une nouvelle flambée inéluctable après les fêtes. Car malgré ce faible nombre de cas recensés, le taux d’incidence est à la hausse en France, ainsi que le taux de positivité des tests. 203 patients ont par ailleurs été hospitalisés en 24 heures, et 96 décès constatés.

Un couvre-feu le 31 décembre ?

Selon L’Indépendant citant TF1 et LCI, le gouvernement pourrait prendre une mesure de couvre-feu pour le réveillon du 31 décembre lors du Conseil de défense sanitaire qui se tiendra ce lundi 27 décembre à 16 heures, juste avant un Conseil des ministres exceptionnel. Déjà l’an dernier, le couvre-feu était en vigueur le soir du 31 décembre alors qu’il avait été exceptionnellement levé le 24 décembre, soir de Noël.

Les autres mesures de restriction envisagées lors de ce comité de défense sanitaire ? La question de la réduction de l’isolement pour les cas contacts et les cas positifs face à Omicron, pour éviter le risque d’une “désorganisation de la société” selon Midi Libre, la 4e dose de vaccin, la “stratégie du 2G+”  qui consiste à présenter, en plus d’un pass vaccinal ou sanitaire, un test négatif pour accéder à certains lieux, la réduction du délai de rappel réduit à trois mois, voire encore un report de la rentrée scolaire d’une semaine comme le souhaitent des soignants dans une tribune  publiée ce  dimanche dans le JDD.

Enfin bref, du pain sur la planche.

Leave a Reply