Pour Tony Blair, la dislocation entre la technologie et les dirigeants politiques est dangereuse

Spread the love

Pour Tony Blair, la dislocation entre la technologie et les dirigeants politiques est dangereuse

On le savait farouche opposant au Brexit, on le découvre désormais technophile. Interrogé lors du Web Summit tech conference, qui se tient actuellement à Lisbonne, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a fait part de son engouement pour les nouvelles technologies, qui devraient selon lui figurer au centre des projets des décideurs politiques actuels et non à leur marge comme cela est trop souvent le cas.

Pour l’ancien chef du gouvernement britannique, les politiciens ne comprennent toujours pas la technologie et sont beaucoup plus à l’aise de la réglementer que de trouver comment l’utiliser pour améliorer les services publics, comme il l’a regretté devant une audience attentive.

Pour lui, les discussions sur la technologie devraient être au cœur des projets gouvernementaux. “Je pense qu’il faut réorganiser la politique pour gérer cette révolution technologique. Elle devrait devenir un élément central du débat politique”, a-t-il estimé, regrettant que cela ne soit pas le cas actuellement. Bien que les politiciens soient à l’aise avec la réglementation des entreprises technologiques, ils sont moins familiers avec la façon d’utiliser la technologie pour changer des secteurs clés comme la santé ou l’éducation, a-t-il estimé.

Le politique à la traîne des nouvelles technologies

Et d’enfoncer le clou : “les politiciens sont des gens très simples : ce qu’ils ne comprennent pas, ils ne l’aiment pas et ce qu’ils n’aiment pas, ils vont le réglementer”. Avant d’avertir que “cette dislocation entre la révolution qui se déroule sur le terrain et le débat politique est inquiétante et dangereuse”.

Pour Tony Blair, le problème qui se pose aujourd’hui c’est que le type de politique technocratique qu’il recommande est “profondément démodé”, étant donné la montée du populisme aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans certaines parties de l’Europe.

“La tragédie de Brexit, à laquelle je m’oppose totalement, est qu’elle vous détourne des grands défis”, a-t-il expliqué. “Cette question technologique s’impose aujourd’hui comme la question fondamentale sur laquelle nous devrions nous concentrer”, a fait savoir l’ancien dirigeant britannique, pour qui “tout le reste n’est que distraction”.

Ce dernier ne s’est toutefois pas voulu trop sombre concernant l’avenir. “Le populisme exploite le pessimisme. Quand les gens sont pessimistes quant à l’avenir, ils cherchent des gens à blâmer. Si vous êtes optimiste quant à l’avenir, vous recherchez les possibilités. Je suis optimiste quant à l’avenir parce que je pense que cette révolution technologique apportera d’énormes avantages”, s’est-il enthousiasmé. Il ne reste plus qu’à espérer qu’il sera écouté.

Article “Tony Blair: Technology should be central to political debate” traduit et adapté par ZDNet.fr

Leave a Reply