Advertisements

Pour la première fois, Twitter alerte les internautes face à une fausse information propagée par Trump – Le Monde

Spread the love
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 26 mai.

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 26 mai. EVAN VUCCI / AP

Donald Trump a accusé Twitter d’« interférer » dans la campagne présidentielle américaine, mardi 26 mai. Le président des Etats-Unis a eu recours à son canal favori pour protester contre la décision du réseau social d’ajouter une mise en garde à deux de ses messages publiés dans la matinée dans lequel il défendait la thèse contestée selon laquelle le vote par correspondance faciliterait la fraude électorale.

Donald Trump ne cesse de répéter cette affirmation alors que la pandémie de Covid-19 incite de nombreux Etats à envisager d’étendre ce mode de scrutin pour éviter le risque de contagion. Il est revenu à la charge mardi en s’en prenant au gouverneur de Californie. Il « est en train d’envoyer des bulletins de vote à des millions de personnes. Tous ceux qui vivent dans l’Etat, peu importe qui ils sont ni comment ils sont arrivés là, vont en recevoir. Ensuite des professionnels vont leur dire, à ces gens qui sont nombreux à n’avoir même jamais pensé à voter avant, comment et pour qui voter. Ce sera une élection truquée », a-t-il affirmé.

Pour la première fois, Twitter a ajouté un lien au message du président invitant ses lecteurs à vérifier ses affirmations. Il renvoie à un court article indiquant que le président a publié « une série d’allégations » qui sont « sans fondement, selon CNN, le Washington Post », deux médias régulièrement critiqués par Donald Trump, « et d’autres ». « Les experts affirment que les bulletins de vote envoyé par la poste sont très rarement liés à la fraude électorale », conclut le texte.

« Informations potentiellement trompeuses »

« Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus électoral et ont été signalés pour fournir du contexte additionnel au vote par correspondance », a assuré une porte-parole de Twitter. Cette intervention a déclenché l’ire présidentielle. Donald Trump a affirmé que la firme « est en train de brider complètement la liberté d’expression et en tant que président je ne les laisserai pas faire » ! « Nous avons toujours su que la Silicon Valley ferait tout son possible pour empêcher le président Trump de transmettre son message aux électeurs », a renchéri son directeur de campagne, Brad Parscale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi @realDonaldTrump, symbole d’une présidence transgressive

La décision de Twitter s’inscrit dans une démarche qui l’a conduit à refuser de publier des publicités politiques, à la différence du mastodonte Facebook. En mars, la firme avait déjà retiré deux messages du compte officiel du président du Brésil, Jair Bolsonaro, dans lesquels il remettait en cause le confinement décidé pour lutter contre la pandémie.

Il vous reste 60.47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Advertisements

Leave a Reply