Pour faire passer son tracteur, un fermier belge redessine par inadvertance la frontière avec la France – BFMTV

Spread the love

C’est certes une histoire locale, mais elle soulève pourtant une question internationale. Un fermier de la commune belge d’Erquelinnes a repoussé de deux mètres une pierre qui gênait son tracteur… sauf qu’il s’agissait de l’une des bornes marquant la frontière avec la France.

La situation a de quoi faire sourire, mais elle doit tout de même être rectifiée. Un fermier de la commune belge d’Erquelinnes a déplacé une pierre qui le gênait. Sauf qu’il ne s’agissait pas d’un vulgaire caillou blanchâtre, mais de l’une des bornes séparant la Belgique de la France. L’homme a donc, symboliquement, redessiné la frontière, à l’avantage de la première et au détriment de la seconde.

Maldonne

Selon la déclaration de la maire de la commune française (et lésée) de Bousignies-sur-Roc à France Bleu, l’agriculteur cherchait simplement à libérer le chemin pour le passage de son tracteur. On doit la découverte à trois historiens amateurs des environs, selon La Voix du Nord, embarqués dans une chasse au trésor dans un bois bordant Erquelinnes, munis d’une carte d’époque.

Constatant la maldonne, ils ont établi que la pierre, qui pèse tout de même 150 kilos, avait été transportée sur 2,29 mètres en aval, rapetissant donc la France et agrandissant la Belgique d’autant. La clôture délimitant le domaine de l’agriculteur a elle aussi gagné du terrain.

Interrogé par une équipe de TF1 pour un reportage diffusé lundi, le maire d’Erquelinnes, David Lavaux, a clarifié l’intrigue d’un trait d’humour: “Nous n’avons pas l’intention d’agrandir la ville, ni le pays. Il a agrandi la Belgique et réduit la France, ce n’est pas une bonne idée”. Le maire belge a partagé un cliché de la borne de la discorde sur son compte Facebook.

Une borne posée en 1819

La borne déplacée a été posée en 1819, quelques mois avant la signature officielle du traité de Courtrai qui a défini, en 1820, la frontière entre la France et le Royaume uni des Pays-Bas. Car la naissance de la Belgique est complexe. Elle s’est opérée en deux temps. En 1815, après la chute de Napoléon précipitée par sa défaite à Waterloo, la France perd toutes prétentions sur le plat pays qu’elle avait annexé au cours des guerres révolutionnaires. On reconstitue alors un royaume néerlandais comprenant aussi la Belgique actuelle. Mais en 1830, celle-ci prend son indépendance, s’appuyant, au sud, sur la frontière définie précédemment.

Il est donc impératif que le fermier remette la pierre en place, bien qu’on imagine mal une escalade diplomatique. Le journal britannique The Guardian observe tout de même que l’agriculteur s’expose en principe à des poursuites et que, s’il venait à faire sa mauvaise tête et à refuser de remonter la borne de 2,29 mètres, l’affaire pourrait parvenir jusqu’aux chancelleries. Le cas échéant, elle pourrait même être portée à la connaissance d’une antique commission pour la frontière franco-belge.

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV

Leave a Reply