Policier tué à Avignon: la consommatrice interpellée témoigne sur BFMTV – BFMTV

Spread the love

Âgée de 58 ans, elle avait été interpellée mercredi soir, avant d’être relâchée, mise hors de cause.

Trois jours après la mort d’Éric Masson, un policier tué par balles mercredi soir à Avignon lors d’un banal contrôle d’un point de deal, la femme qui venait d’acheter des stupéfiants au moment du drame, a accepté de se confier aux équipes de BFMTV. Elle raconte être sortie “chercher des bières” et avoir demandé aux jeunes présents dans la rue “s’il y avait quelque chose à fumer”.

“Les jeunes m’ont dit d’attendre, que le gars (le dealer, NDLR) allait arriver”, poursuit-elle. “J’ai descendu la rue” et le dealer “m’a donné un truc”, confie-t-elle. “D’un coup, un jeune a crié pour dire que la police était là, ils se sont tous envolés, et sont partis d’un côté et de l’autre”. Une fois sur la rue du parking, le policier, portant un brassard “police”, confirme-t-elle, est arrivé.

“Vous savez pourquoi je vous arrête”, lui demande-t-il alors. Ce à quoi elle répond que “oui”. “J’ai compris tout de suite”, assure-t-elle, avant de lui remettre ce qu’elle venait d’acheter. “Il a rigolé parce que c’était mal servi, c’est fou ça”, précise-t-elle.

“Paix à son âme”

Alors qu’il contrôlait son identité, deux individus sont arrivés, “ont fait les curieux pour voir ce qu’il se passait”. “Etant donné qu’ils me connaissent de vue, je pense qu’ils ont dû se dire que je faisais une transaction”. “Qu’est-ce que tu as à vendre”, lui demandent-ils. “Attends, j’arrive”, répond le policier. “Je ne le regardais plus, j’ai vu son collègue arriver, j’ai entendu les coups de feu et j’ai compris qu’il avait dû tirer sur le policier”, poursuit la femme âgée de 58 ans.

“J’ai flippé. Quand il n’y a plus eu de bruit, je me suis levée”, ajoute-t-elle, précisant que deux personnes réalisaient alors un message cardiaque au policier touché. “Je n’en reviens pas, je ne sais pas pourquoi il a fait ça”, confie-t-elle, avant de conclure : “Cela m’a fait mal parce que c’était un brave homme, il était gentil, paix à son âme”.

Selon des informations de BFMTV, le tireur n’est pas le dealer de cette cliente qui a été placée en garde à vue pendant 48 heures avant d’être relâchée. Il est actuellement toujours recherché.

Angy Louatah et Caroline Bertolino, avec Mélanie Rostagnat

Leave a Reply