Policier grièvement blessé à Rive-de-Gier : son pronostic vital est engagé – Actu17

Spread the love
Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Le policier qui a été grièvement blessé par le jet d’une bouteille à Rive-de-Gier (Loire) lors d’une intervention dans la nuit de jeudi à vendredi, est entre la vie et la mort, en réanimation.

Un fonctionnaire de police de 51 ans est en réanimation avec un pronostic vital engagé à Saint-Étienne (Loire) a annoncé le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), Cédric Esson, lors d’une conférence de presse ce vendredi après-midi.

La victime faisait partie d’un équipage de police-secours de trois policiers. Ils sont intervenus sur un groupe « d’une quinzaine » de perturbateurs qui causaient du tapage, vers minuit, à Rive-de-Gier, après avoir été requis par un appel au « 17 ». Les individus qui étaient « alcoolisés » sont alors devenus agressifs envers les forces de l’ordre et leur ont lancé des projectiles. L’un des trois agents en a reçu un au niveau de la tête et s’est effondré. Des renforts ont été demandés et la victime a été évacuée à l’hôpital, où elle a été opérée d’urgence au cours de la nuit.

Le policier se trouve actuellement en réanimation en situation « post-traumatique et post-opératoire, en service de réanimation ». Il est « non conscient » a précisé le procureur de la République adjoint, André Merle. Ses jours sont désormais en danger.

« L’acte volontaire ne fait pas de doute »

Le projectile était « conséquent » et a frappé la tête « de notre collègue d’une manière extrêmement violente », a détaillé Cédric Esson, précisant que les investigations devront montrer si le projectile est bien une bouteille en verre. « L’acte volontaire ne fait pas de doute », a-t-il souligné. « Un certain nombre d’objets ont été retrouvés sur place et sont en cours d’analyses ».

Le DDSP a également évoqué le profil du policier de 51 ans. « Il s’était fait tiré dessus en 2011 et n’avait eu la vie sauve que grâce à son gilet pare-balle. Il travaille sur Rive-de-Gier depuis des dizaines d’années. Il avait continué à travailler à la nuit », a déclaré Cédric Esson, saluant le « courage » des policiers qui sont là pour la sécurité de tous. Le fonctionnaire est père de deux enfants, l’un est lui aussi policier.

Des témoignages sollicités

Le procureur de la République adjoint a également invité les témoins à se manifester auprès de la police. « Si jamais des personnes disposent de renseignements, elles savent qu’elles peuvent s’adresser » aux policiers a-t-il expliqué, ajoutant que toutes les mesures légales seront appliquées, notamment « sur la protection des témoins ».

Pour l’heure, il n’y a pas eu d’interpellations dans cette enquête ouverte pour « blessures volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Les investigations ont été confiées à la sûreté départementale.

Leave a Reply