Polémique autour d’une commande de 10.000 respirateurs par l’Etat – Le Figaro

Spread the love

C’était il y a près d’un mois, le 30 mars, en plein pic épidémique. La France redoute alors une pénurie de respirateurs, indispensables pour venir en aide aux patients atteints de Covid 19 hospitalisés en réanimation. A l’initiative du gouvernement, un consortium d’industriels réunis autour du leader français, Air Liquide, annonce la production de 10.000 appareils livrés d’ici à la mi-mai. «En cinquante jours, nous allons produire ce que nous faisons habituellement en trois ans, déclare alors au Figaro Benoît Potier, PDG d’Air Liquide. C’est un vrai défi industriel et humain mais aussi une grande fierté.» A ses côtés, PSA, Schneider Electric et Valeo ainsi qu’une centaine de sous-traitants. Crise oblige, tous s’engagent à vendre les respirateurs à prix coûtant (3000 euros l’unité), sans dégager de profits.

Cette union sacrée inédite est alors saluée par le chef de l’Etat qui rend hommage publiquement à la mobilisation de ces entreprises. Elle doit permettre de fabriquer 1500 respirateurs «classiques» baptisés T60 ainsi que 8500 respirateurs de type Osiris.

C’est le choix des «Osiris», utilisés essentiellement dans les transports d’urgence, qui fait aujourd’hui l’objet d’une polémique. Dans un reportage diffusé jeudi sur France Inter, des médecins dénoncent un «effet d’annonce» des pouvoirs publics et préviennent qu’ils n’utiliseront pas cet appareil, inadapté aux services de réanimation. Ils regrettent que cette commande, passée par Santé Publique France, n’ait pas fait l’objet d’une concertation avec les professionnels.

«Faux!», répondent aujourd’hui les services du ministère de l’Economie qui ont fédéré, autour de la Secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher, les efforts des industriels français. «Non seulement, nous les avons consultés mais ils nous ont donné un avis positif!», indique un porte-parole de la Secrétaire d’Etat.

Un modèle éprouvé

Dans un courrier que Le Figaro a pu consulter, le bureau de la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR) «valide dans les conditions stipulées et devant la nécessité d’offrir à tout patient le requérant une ventilation artificielle» l’utilisation de ces ventilateurs. Même chose pour la Société de réanimation de langue française. La note d’utilisation, approuvée par ces deux autorités, précise que ces machines ne doivent être utilisées «qu’en dernier recours».

«Il n’a jamais été question qu’ils remplacent les respirateurs classiques utilisés en ‘‘réa’’ lorsque ceux-ci sont disponibles, répond le porte-parole d’Agnès Pannier-Runacher. Il s’agissait de proposer une solution en cas de pic épidémique de longue durée ou de deuxième vague. Ces respirateurs ont vocation à être utilisés en cas d’extrême urgence et en renfort».

Le choix des «Osiris», faciles à utliser et rapides à produire, s’est donc imposé en raison de l’urgence de la situation. Fabriquer un respirateur de réanimation prend, en effet, environ deux mois. Quant aux industriels, ils étaient en mesure d’assurer l’approvisionnement en composants et matières premières en un temps record grâce à leur force de frappe et à leur réseau de fournisseurs internationaux.

«C’est un modèle éprouvé, utilisé depuis 20 ans par les praticiens, bien avant le Covid», déclare la porte-parole d’Air Liquide. Elle rappelle que le modèle Osiris est également utilisé par le système hospitalier anglais pour traiter les malades atteints de Covid, dans les ambulances comme en Réa.

«Nous connaissons bien ces machines, elles ont d’ailleurs été utilisées en dernier recours dans le Grand Est il y a quelques semaines, déclare le professeur Mercat, chef du service de réanimation du CHU d’Angers. Bien sûr, il s’agit d’un choix par défaut en cas de vague épidémique très importante. Mais il est largement préférable de les utiliser plutôt que de priver un patient d’assistance respiratoire».

Certains réanimateurs se montrent plus réservés. «C’est une solution acceptable pendant trente minutes ou une heure maximum, estime Anne Geffroy-Wernet, présidente du SNPHARE, l’un des principaux syndicats d’anesthésistes-réanimateurs. Ce sont des patients qui pourraient ne pas supporter une telle pression. Les respirateurs de réanimation permettent de faire du sur-mesure en limitant au maximum les lésions sur les parties saines du poumon».

«Le bémol de ces appareils, c’est que la surveillance individuelle est moins facile, reconnaît le professeur Mercat. Il faut veiller à adapter les réglages en fonction de l’état du patient pour ne pas aggraver les lésions». Ces médecins se rejoignent au moins sur un point. Tous espèrent qu’une deuxième vague du coronavirus ne s’abattra pas sur la France. Les respirateurs d’Air Liquide pourraient alors être bien utiles aux patients.

Leave a Reply