PMA pour toutes : L’Assemblée adopte la loi bioéthique une deuxième fois – 20 Minutes

Spread the love
Le Comité d’éthique favorable à l’extension de la PMA pour toutes les femmes. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Après un sprint de moins d’une semaine et d’âpres débats, l’Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture le projet de loi bioéthique et sa mesure phare de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, dans la nuit de vendredi à samedi.

Première grande réforme sociétale du quinquennat, le texte, examiné depuis lundi, a été voté par 60 voix contre 37 et 4 abstentions, sous des applaudissements de la majorité. Il doit encore repasser devant le Sénat, peut-être pas avant janvier 2021, avant que les parlementaires des deux chambres ne tentent de trouver une version de compromis.

Un « texte équilibré » avec « des avancées majeures »

Dans un tweet, Emmanuel Macron a salué « l’engagement des parlementaires, des membres du gouvernement et du comité consultatif national d’éthique » qui, selon lui, « ont permis l’adoption d’un texte d’équilibre dans un débat apaisé ».

C’est « une réforme très attendue par nos concitoyens », un « texte équilibré » avec « des avancées majeures », a estimé le secrétaire d’Etat Adrien Taquet à 3 h 40 du matin.

Outre la mesure emblématique de l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, ce projet de loi prévoit une délicate réforme de la filiation et de l’accès aux origines, et aborde nombre de sujets complexes comme l’autoconservation des ovocytes ou la recherche sur les cellules-souches embryonnaires.

Une « avancée historique pour les droits et la liberté des femmes »

Comme en première lecture, le texte a hérissé une très large partie de la droite LR, vent debout contre la création « d’enfants sans pères », y voyant « une étape de plus vers la GPA », la gestation pour autrui. En guise d’ultime coup de pression, la Manif pour tous a lâché vendredi matin deux bouquets de ballons devant le Palais-Bourbon portant l’inscription « Stop PMA ». Dans la nuit, le collectif a fustigé le vote « en catimini » de ce texte et a assuré que sa « détermination » restait « intacte » pour le contester.

A l’inverse, pour la présidente de l’association LGBT GayLib et membre du mouvement radical Catherine Michaud, ce texte est une « avancée historique pour les droits et la liberté des femmes ». A ses yeux, la loi n’est toutefois « pas achevée. On peut regretter que les personnes trans aient été écartées » de la PMA ou l’existence d’un « mode de filiation spécifique » pour les couples de femmes.

Dans tous les groupes politiques, la liberté de vote était de mise sur ces sujets qui touchent à l’intime et ont suscité des questionnements au-delà des clivages partisans. Mesure phare, la PMA pour toutes promise par Emmanuel Macron a été validée mercredi soir sans encombre, comme en première lecture il y a neuf mois.

12 partages

Leave a Reply