Piolle, Rousseau, Jadot, Batho, Governatori : avant la primaire des écologistes, le temps des débats – Le Monde

Spread the love
Eric Piolle, Delphine Batho, Yannick Jadot, Sandrine Rousseau et Jean-Marc Governatori, à Poitiers, le 20 août 2021.

Jusqu’ici, la primaire des écologistes se déroule sur le fil paisible d’une harmonieuse courtoisie. Plusieurs mois de campagne et jamais les cinq candidats n’ont sorti les tisonniers. Les chamailleries ne semblent plus de saison au sein d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), conséquence directe d’une nécessité impérieuse de démontrer que l’écologie politique est en mesure de gouverner. Ce pacte de non-agression mutuel ravit Noël Mamère, crédité du meilleur score de l’histoire pour un candidat écologiste à l’élection présidentielle, 5,25 % des voix, en 2002 : « Je me félicite que les écolos mènent une primaire sans se taper dessus. C’est un progrès notable par rapport au passé. Mais il y a un bémol : pour l’instant, vu le nombre de votants inscrits [35 000 à ce jour] à la primaire, notre périmètre est étroit, en grand décalage, même, avec le poids de l’écologie dans la société aujourd’hui. On voit bien que la recomposition politique se fait en dehors des partis. Je ne suis pas certain que tous les jeunes qui ont défilé pour le climat viendront participer à cette primaire. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Présidentielle 2022 : les écologistes craignent que la primaire tourne à la guerre interne

Place à l’épreuve du feu de la confrontation directe entre les candidats, à même de susciter un regain d’intérêt dans l’opinion. Un premier débat a lieu, dimanche 5 septembre à midi, dans l’émission « Questions politiques », organisée par France Inter, France Télévisions et Le Monde. Deux autres suivront avant le premier tour de scrutin, du 16 au 19 septembre, et le second tour, du 25 au 28 septembre. Ces débats radiotélévisés vont-ils permettre de départager clairement les favoris, l’eurodéputé Yannick Jadot, le maire de Grenoble Eric Piolle et l’écoféministe Sandrine Rousseau, réputés au coude-à-coude, devant l’ancienne ministre socialiste Delphine Batho et le centriste Jean-Marc Governatori ? Rien n’est moins sûr. « Ils partagent le même projet de société, analyse Noël Mamère. Ils sont d’accord sur tout à 95 %. C’est le problème. La primaire est là pour organiser la castagne car chaque candidat doit chercher à se différencier. Il faudra faire attention à ne pas retomber dans nos travers lors de ces débats. »

  • Delphine Batho, l’ex-socialiste qui défend la décroissance

Delphine Batho, aux journées d’été écologistes de Poitiers, le 20 août 2021.

Entre des voyageurs pressés et des militants de son parti, Génération Ecologie, Delphine Batho était mercredi 1er septembre sur le parvis de la gare du Nord, pour distribuer des tracts à son effigie. « Pour gagner, il faut un minimum de rassemblement ! », lui lance un ex-militant socialiste, qui la suit depuis les années 1980. « De force », corrige-t-elle, « parce que les vieux rassemblements, les gens n’y croient plus ».

Il vous reste 89.87% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply