Pic de contaminations journalières en France, le port du masque au travail en question – Le Monde

Spread the love
Un bar à Couteuges, France, le 13 août , 2020.

Avec 2 669 nouvelles contaminations en l’espace de vingt-quatre heures, la progression du coronavirus en France est au plus haut depuis la fin du confinement, montrent les chiffres publiés jeudi 13 août par l’agence Santé publique France (SPF), qui note toutefois que le nombre de patients hospitalisés continue de baisser.

Au total, plus de 209 000 contaminations ont été recensées depuis le début de l’épidémie et 30 388 personnes sont décédées du Covid-19, soit 18 de plus que mercredi, montrent les chiffres de SPF. Il faut remonter au 27 avril, période où les tests étaient certes moins répandus, pour trouver trace d’une augmentation des cas plus sévère sur une journée.

Sur une semaine, cette reprise épidémique qui inquiète les autorités sanitaires et les pouvoirs publics se traduit par l’apparition de 1 962 nouveaux cas par jour en moyenne, contre un peu moins de 600 sur les 21 premiers jours de juillet. Pour ce qui est des hospitalisations en revanche, les statistiques continuent globalement de refluer. La France compte jeudi dans ses hôpitaux 4 864 patients atteints d’une infection Covid-19 contre 4 891 mercredi, soit 27 patients de moins en vingt-quatre heures.

Lire aussi Les masques en tissu peuvent-ils provoquer des allergies, comme l’affirme une publication virale ?

Le nombre de cas graves continue de refluer

En réanimation, le nombre de patients atteints d’une forme grave de la maladie recule aussi, à 374 lits occupés, soit cinq de moins que la veille et un niveau sensiblement équivalent à la situation au 31 juillet (on comptait alors 371 lits occupés dans les services de réanimation des hôpitaux français). La direction générale de la santé note, cependant, que les nouvelles admissions à l’hôpital (201 en une journée) et en réanimation (25) sont en hausse.

« Les indicateurs de suivi de l’épidémie sur le territoire national continuent de se dégrader. Le nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19 augmente régulièrement de même que le nombre des admissions hospitalières », souligne la DGS dans son point quotidien, appelant à redoubler d’efforts pour éviter une reprise épidémique.

La DGS observe aussi que 49 % des 926 « clusters », ou regroupements de cas, enregistrés se situent en milieu professionnel, contre 28 % issus de rassemblements publics ou privés et notamment en milieu familial élargi.

Le gouvernement français, qui a déjà pris une série de mesures dont la promotion de la généralisation du port du masque pour tenter d’éviter une reprise de l’épidémie, travaille également à adapter les protocoles en vigueur dans les entreprises pour préparer la rentrée.

Les appels se multiplient pour imposer le masque en entreprise

Vendredi et mardi, des réunions sont prévues rue de Grenelle avec les dirigeants syndicaux et patronaux pour adapter ce protocole, selon une invitation dont l’AFP a obtenu copie. Le protocole actuel impose le port du masque uniquement quand la distanciation d’un mètre n’est pas respectée. Le salarié doit aussi le porter lorsqu’il est amené à être en contact à moins d’un mètre d’un groupe social constitué librement de personnes qui ne portent pas de masque.

Or, depuis quelques jours, tandis que de plus en plus de villes imposent le port du masque à l’extérieur – dont l’utilité dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19 ne fait pas consensus –, le corps médical considère que c’est en entreprise qu’il doit surtout être généralisé.

« 50 % des clusters sont dans des entreprises, médicales ou non médicales. Les hôpitaux, c’est environ 10 % des clusters, les établissements médico-sociaux, les Ehpad, c’est 20 % et les entreprises privées 20 %. Rendons le masque obligatoire dans tous les lieux clos, dont les entreprises privées ! », a insisté jeudi sur France Info Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

A ce jour, selon l’agence régionale de santé francilienne, 69 foyers d’infection sont actifs en Ile-de-France, dont 25 % provenant de milieux professionnels (privé-public). Selon des sources concordantes, six cas avérés de Covid-19 ont été détectés et plusieurs ont été placés à l’isolement parmi les salariés d’un magasin Fnac parisien, où le masque est obligatoire depuis le 11 mai pour tous les salariés, prestataires et clients.

Si certains responsables syndicaux se montrent d’ores et déjà favorables à la mesure, mercredi, la confédération des petites et moyennes entreprises s’est dite opposée à une généralisation, jugeant que l’imposer de manière « systématique » serait « excessif ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : face à la dégradation de la situation sanitaire, le gouvernement appelle les Français à « se ressaisir »
Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec Reuters

Leave a Reply