Peacock réussit son lancement

Spread the love
La bataille de la SVOD se poursuit aux Etats-Unis avec le lancement de Peacock, le service opéré par NBCUniversal et qui appartient à Comcast. En prenant la version payante et sans publicité de Peacock (Peacock Premium), Reelgood a mesuré le flux des différents services de streaming. Peacock Free arrive en tête avec un flux multiplié par 8,8 par rapport à Peacock Premium. Le site de NBCUniversal arrive devant HBOMax et Disney+.

Le deuxième graphique indique la répartition de l’activité de streaming entre l’offre gratuite et l’offre payante de Peacock. Peacock Free draine 89,5% de l’activité, ce qui n’est pas une surprise, le public préférant ne pas payer et devoir supporter des écrans publicitaires, en nombre moins important que sur les grands networks TV.  Il existe deux versions de Peacock Premium : celle à 4,99 dollars avec moins de publicité que sur la version Peacock Free et la version à 9,99 dollars sans publicité.

De plus, Reelgood précise que les utilisateurs de Peacock Free ont accès à 92 % du catalogue Premium de Peacock au 31 juillet 2020. Une stratégie qui s’avère payante au lancement puisque Peacock devance ses concurrents directs.

Sur Peacock Free, les deux films les plus visionnés sont des classiques : The Matrix et Jurassic Park. Sur Peacock Premium, c’est Shrek qui a été le plus vu, suivi de Children of Men (Le fils de l’homme – 2006). Pour le moment Peacock exploite la richesse du catalogue Universal, mais la compétition entre les streamers se fera sur les exclusivités, en centaines de millions de dollars dès la rentrée. La première œuvre en lice est un show ambitieux, une adaptation moderne du Meilleur des mondes (Brave New World), le roman mythique d’Aldous Huxley. Un projet de longue haleine qui remonte à 2015 et qui, à l’origine,  était prévu pour une diffusion sur un network américain. Pour l’instant, cette nouvelle série exclusive de Peacock se classe en deuxième position derrière Yellowstone.

L’arrivée de Peacock sur le marché du streaming confirme la forte montée en puissance de l’AVOD face à la SVOD. 

Leave a Reply