Advertisements

Patrick Balkany est sorti de prison après cinq mois de détention – Le Monde

Spread the love
Isabelle Balkany devant la prison de la Santé, à Paris, après la nouvelle de la libération de Patrick Balkany.

Isabelle Balkany devant la prison de la Santé, à Paris, après la nouvelle de la libération de Patrick Balkany. FRANCOIS GUILLOT / AFP

C’est un premier épilogue pour Patrick Balkany, après cinq mois d’incarcération, six audiences consacrées à des demandes de libération ou d’aménagement de contrôle judiciaire. La cour d’appel de Paris a autorisé, mercredi 12 février, la mise en liberté pour raisons de santé du maire Les Républicains (LR) de Levallois-Perret, 71 ans. Incarcéré depuis le 13 septembre, il a été condamné pour fraude fiscale puis pour blanchiment aggravé.

La cour, qui s’appuie sur une alarmante expertise médicale, a constaté que la dégradation de l’état de santé de Patrick Balkany est « difficilement compatible avec la détention ». Elle « libère » donc le maire de Levallois et lui impose un contrôle judiciaire léger, sans caution, dans le dossier de fraude fiscale comme de blanchiment. Les conditions posées à l’élu sont les suivantes : fixer sa résidence au moulin de Cossy, interdiction de sortir du territoire national et obligation de se présenter deux fois par mois à la gendarmerie. L’ancien baron des Hauts-de-Seine est sorti de la maison d’arrêt parisienne de la Santé peu avant 18 heures mercredi.

« C’est ce qui est justifié »

Son épouse et maire par intérim de la ville, Isabelle Balkany, a accouru devant la prison de la Santé, à Paris, dès la nouvelle de sa libération. « On rentre à la maison », a-t-elle déclaré à la presse, tout en conversant avec son époux au téléphone.

« C’est évidemment ce que j’espérais, c’est ce qui est justifié », a réagi l’avocat du maire, Romain Dieudonné. « La cour n’a pas fait de cadeau à Balkany, c’est juste que la situation médicale indiquait que ce n’était plus possible », a-t-il insisté.

Les Balkany sont soupçonnés d’avoir dissimulé 13 millions d’euros d’avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, Pamplemousse à Saint-Martin et Dar Guycy à Marrakech. S’ils ont reconnu quelques « fautes » et la propriété de la villa antillaise, ils contestent vigoureusement le montant des avoirs en cause et se targuent de n’avoir jamais détourné « un centime d’argent public ».

Le couple, qui a finalement choisi de se retirer de la course aux municipales de mars, continue de nier la possession d’un riad à Marrakech, en dépit des peignoirs brodés aux initiales « PB », des livres dédicacés, des meubles payés par Isabelle Balkany retrouvés dans la villa saharienne.

Condamnés en première instance

En première instance, le tribunal avait condamné Patrick Balkany à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé, avec incarcération immédiate, et son épouse à quatre ans d’emprisonnement mais sans mandat de dépôt, eu égard à sa santé fragile. Tous deux avaient été condamnés à dix ans d’inéligibilité et la saisie de leurs biens avait été ordonnée.

Cette lourde condamnation venait s’ajouter aux peines de prison ferme infligées pour fraude fiscale : quatre ans pour lui et trois ans pour elle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après la condamnation des Balkany, Levallois entre « dégoût » et soutien inconditionnel

En deuxième instance, le parquet général a pris des réquisitions moins sévères, demandant quatre ans ferme contre le maire, sans incarcération immédiate, et deux ans ferme contre son épouse, ainsi que la confiscation du moulin de Giverny (Eure), dont ils ont l’usufruit. La cour d’appel de Paris rendra le 22 avril sa décision dans le dossier.

Les époux Balkany attendent, par ailleurs, le 4 mars une décision de cette même cour dans le volet fraude fiscale de ce dossier.

Advertisements

Leave a Reply