Passe sanitaire en entreprise : «Absurde et totalement inefficace», tacle Philippe Martinez – Le Parisien

L’exécutif a décidé de donner un tour de vis face aux Français qui ne sont toujours pas vaccinés contre le Covid-19. Vendredi, Jean Castex a annoncé qu’une loi serait proposée pour transformer le passe sanitaire en passe vaccinal. A également été évoquée l’idée de rendre le passe obligatoire dans tous les secteurs professionnels et non plus seulement aux employés des lieux où le passe sanitaire est demandé aux clients.

Ce lundi, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, consultera les partenaires sociaux sur la question. « Les représentants du patronat et des salariés, et les syndicats, pourront faire état de leurs propositions, de leurs doutes, de leurs critiques auprès du gouvernement », a-t-elle assuré. Ensuite, c’est à l’Assemblée nationale que cette proposition sera discutée.

Mais l’extension du passe sanitaire à tous les milieux professionnels ne plaît pas à tout le monde. Philippe Martinez a d’ailleurs affirmé y être opposé, ce lundi matin sur France info. Le secrétaire général de la CGT estime qu’imposer un passe à tous les salariés revient « à une obligation vaccinale ». « Ce serait absurde et totalement inefficace », a-t-il estimé.

« Inciter plus à la vaccination »

« Nous préférons renforcer les gestes barrière et inciter plus à la vaccination » notamment en faisant « en sorte que la médecine du travail » soit plus impliquée. Philippe Martinez estime également qu’il faut « donner du temps (aux salariés) pour aller se faire vacciner. (…) Il y a des salariés qui ont des horaires atypiques (…) ils n’ont pas le temps », a-t-il fait valoir. Une possibilité déjà inscrite dans un décret. « Mais on voit que dans beaucoup d’endroits, quand il y a tensions dans les effectifs, on ne favorise pas le paiement des heures » passées à se faire vacciner, a-t-il assuré.

Cette extension du passe sanitaire risque aussi de poser des problèmes logistiques, avec la « question de secret médical », mais celle de savoir « qui va gérer le contrôle », a poursuivi le secrétaire général de la CGT, qui s’est dit assez peu confiant au sujet de la réunion avec Élisabeth Borne ce lundi. « On a fait plusieurs propositions depuis des mois et on a l’impression qu’elles ne sont pas souvent écoutées. (…) Souvent, on nous demande notre avis et le choix est déjà fait », a-t-il regretté. « Mieux vaut convaincre et inciter que contraindre », a de son côté déclaré à l’AFP Michel Beaugas de Force ouvrière (FO), tandis que Cyril Chabanier (CFTC) s’est dit « assez réservé ».

Les avis sont un peu plus partagés du côté du patronat. La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), est « plutôt favorable au passe sanitaire dans la mesure où ça permet d’éviter un confinement, ce qui est le pire du pire. Après, il y a des questions pratiques qui peuvent poser problème ». Pour l’Union des entreprises de proximité (U2P), « il faut mettre la priorité sur la continuité de l’activité. Donc si ça doit passer par un passe, pourquoi pas ». « Est-ce aux chefs d’entreprise d’exercer des pouvoirs de police ? », s’est quant à lui interrogé le président délégué du Medef, Patrick Martin.

Pour l’heure, l’élargissement du passe sanitaire à tous les milieux professionnels n’est qu’une « hypothèse » a rappelé dimanche le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. D’ailleurs, « nous proposerons des mesures pour freiner la propagation du virus mais rien ne sera acté à l’issue » de cette réunion en visioconférence, a prévenu en amont l’entourage de la ministre du Travail.

Leave a Reply