Pass vaccinal : le gouvernement accélère son calendrier et vise une adoption début janvier – LCI

Spread the love

“Le virus accélère, nous accélérons aussi”. C’est une course contre la montre que semble avoir commencé le gouvernement qui continue de miser sur l’incitation à la vaccination et au rappel plutôt que de prendre des mesures de restrictions. C’est pourquoi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé ce mardi une avancée du calendrier concernant la mise en place du pass vaccinal.

Le projet devait être initialement présenté en Conseil des Ministres le 5 janvier pour une adoption par le Parlement d’ici à la fin du premier mois de l’année 2022.

Gabriel Attal a ainsi annoncé, à l’issue d’une réunion avec les associations des représentants des élus locaux, qu’un conseil des Ministres extraordinaire avait été convoqué lundi 27 décembre afin de présenter le projet de loi. Celui-ci sera donc examiné par le Parlement dans la foulée pour que le texte soit finalement adopté pour la “première quinzaine de janvier”. Un calendrier confirmé par le Premier ministre lors de sa consultation avec les présidents de groupe au Parlement.

“Nous n’avons pas une seconde à perdre, plus tôt nous aurons le pass vaccinal, mieux nous serons protégés”, a assuré Gabriel Attal. Il a par ailleurs fait état de prévisions sanitaires “inquiétantes” concernant la situation épidémique en France, avec notamment un variant Omicron qui se propage très rapidement et une situation hospitalière “tendue”.

Selon une source dans l’entourage de l’exécutif, ce changement de ton et de stratégie est lié à la propagation d’Omicron à une vitesse folle. “On ne peut pas se permettre sous prétexte de vacances de perdre du temps”, nous confie cette source. “Cette accélération est contrainte par la force de la vague”, dit-elle.

“Ce weekend, nous estimions que 10% des contaminations détectées dans notre pays étaient liées au variant Omicron. Nous sommes probablement au-delà aujourd’hui et nous sommes très au-delà dans certaines régions, notamment en Île-de-France”, précise le porte-parole. À Paris notamment, plus d’une contamination sur trois serait liée au nouveau variant, plus contagieux, mais qui ne semble pas résister aux doses de rappel des vaccins contre le Covid. 

Leave a Reply