Paris se pète les dents contre le Rocher monégasque – SO FOOT

Spread the love

AS Monaco 3-2 PSG

Buts : Volland (52e, 66e) et Fàbregas (84e) pour Monaco // Mbappé (25e, 37e) pour ParisJusqu’ici pour le Paris Saint-Germain, cette saison de Ligue 1 ressemble un peu à la vie selon Étienne Chatiliez : un long fleuve tranquille. Les matchs se suivent et se ressemblent, comme une routine qui répète inlassablement le même scénario et la même issue : un Paris diminué, pas forcément à son niveau technique habituel, sauvé par ses individualités autant offensives que défensives, qui sait exploiter les failles de ses adversaires et verrouiller la baraque à double tour. Pas cette fois. Après une première période impeccable, au terme de laquelle il aurait pu mener 3 voire 4-0, Paris a complètement pris l’eau en seconde et subit sa troisième défaite de la saison, la première depuis Marseille. À quelques jours de la C1, ça fait tache.

Centenaire refusé et naufrage absolu

Tout avait pourtant idéalement commencé, pour Paris. Muselés par les Rouge et Blanc pendant 25 minutes, les hommes de Tuchel s’en remettent à leurs individualités pour faire sauter le coffre-fort. Après Hatem Ben Arfa contre Rennes plus tôt dans la soirée, c’était au tour de Mbappé de faire du mal à son ex : parfaitement lancé dans la profondeur par Ángel Di María, Kylian Mbappé fonçait tromper Mannone pour son 98e but sous les couleurs du PSG (0-1, 25e). Le numéro 7 parisien aura donc été décisif lors d’absolument tous ses matchs cette saison sous le maillot rouge et bleu, à l’exception de Manchester.

L’ouverture du score fait apparaître des brèches dans le collectif monégasque, dans lequel les Parisiens passeront les vingt minutes suivantes à s’engouffrer. Dix minutes après son premier but, Mbappé transformait un penalty pour le break (0-2, 37e), le but numéro 99 pour lui. Kean (39e) puis à nouveau Mbappé (44e), privé de centenaire par Clément Turpin, se voyaient refuser le but du 3-0 pour des positions de hors-jeu. Outre la contrariété de ce centenaire reporté, ce premier acte est absolument idéal pour Paris.

Harakiri parisien

Et puis, la bascule. Au retour des vestiaires, le rapport de forces s’inverse totalement. Les entrées de Caio Henrique et surtout de Fàbregas, à la place du jeune Geubbels, font un bien fou à Monaco, qui assiège la surface parisienne. Un homme, Kevin Volland, se révèle alors en mission, et la charnière Diallo-Kimpembe explose complètement. Après une première double occasion très chaude, l’Allemand, opportuniste, réduit d’abord la marque en exploitant un contre malheureux de Presko (1-2, 52e). Complètement réduit au silence, Paris subit, et finit par craquer une seconde fois. En l’absence de Ben Yedder, Volland s’offrait un doublé tout en opportunisme (2-2, 66e). Une égalisation qui pique, un temps, les Parisiens dans leur orgueil. Neymar, entré en jeu, mène une brève révolte avant que les Monégasques, sentant le vent tourner, ne repartent à l’attaque. Il reste dix minutes à jouer quand Abdou Diallo perd bêtement un ballon à deux mètres de sa surface, puis décide de plaquer Kevin Volland pour faire bonne figure.

Triple peine : penalty, carton rouge et transformation de l’essai signée Fàbregas, qui n’avait visiblement pas trop envie que KV31 reparte avec le ballon du match (3-2, 84e). Après huit victoires de rang, Paris s’incline donc face à une très belle équipe monégasque. Mais plus que les regrets, immenses, que peut nourrir le PSG, et tous les doutes qu’amène cette défaite au moment d’aller défendre sa place en C1 mardi contre Leipzig, on notera surtout la résilience et la fougue de cette équipe de la Principauté et de sa jeunesse. Qui font décidément bien belle figure cette saison.

AS Monaco (4-4-2) : Mannone – Matsima, Disasi, Badiashile, Ballo-Touré (Henrique, 46e) – Diop (Jovetić, 92e), Tchouameni (Luis, 92e), Fofana, Gelson (Matazo, 94e) – Volland, Geubbels (Fàbregas, 46e). Entraîneur : Niko Kovač.

Paris Saint-Germain (4-4-2) : Navas – Dagba, Diallo, Kimpembe, Kurzawa (Bakker, 69e) – Di María (Neymar Jr., 59e), Danilo (Paredes, 69e), Rafinha (Florenzi, 85e), Sarabia – Mbappé (Ruiz-Atil, 69e), Kean. Entraîneur : Thomas Tuchel.

  • Résultats et classement de la Ligue 1 2020-2021
  • Par Alexandre Aflalo

    Leave a Reply