Panne des numéros d’urgence: comment le réseau téléphonique a déraillé – BFMTV

Spread the love

Ce 2 juin, une partie de l’infrastructure de l’opérateur Orange a été touchée par des problèmes techniques, empêchant l’acheminement des appels vers les numéros d’urgence 15,17, 18 et 112.

Des dysfonctionnements “graves et inacceptables”. Ce 3 juin au matin, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a sévèrement critiqué l’opérateur Orange, dont une panne majeure a empêché une partie des appels vers les services d’urgence d’aboutir. Les numéros dédiés au SAMU (15), à la police (17), ont été victimes de problèmes techniques ce 2 juin entre 18 heures et minuit, heure à laquelle ils ont été rétablis. Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, environ 30% des appels ont été touchés. Auprès de BFMTV, Orange évoque un taux d’échec de 10 à 20%.

Convoqué par Gérald Darmanin et Cédric O, secrétaire d’Etat au numérique, le patron d’Orange Stéphane Richard assurait à 10h30 que la situation était désormais stabilisée.

Quelques heures plus tôt, dans un communiqué de presse, le groupe incitait les Français à renouveler leurs appels plusieurs fois en cas d’urgence, si possible depuis un mobile et en utilisant les numéros d’urgence alternatifs.

Les numéros d’urgence, dommage collatéral

Selon trois sources du secteur consultées par BFMTV, la panne n’était pas circonscrite aux numéros d’urgence. Toutes trois évoquent un problème de maintenance sur une plateforme technique située dans la région de Lille. Une hypothèse que n’a pas souhaité confirmer Orange.

Selon ces mêmes sources, l’opération de maintenance concernait des appareils, baptisés routeurs, chargés des interconnexions entre opérateurs: des machines chargées d’acheminer l’appel fixe du client d’un opérateur tiers vers la ligne d’un client Orange, ou inversement.

Ce 2 juin, la maintenance de cet ensemble de routeurs aurait débouché sur une mauvaise configuration, causant des difficultés d’acheminement des appels venant de tous les opérateurs et passant par Orange. Le réseau de l’opérateur historique étant chargé de transmettre une grande partie des appels d’urgence, ces derniers ont alors été particulièrement touchés.

Très rapidement, l’opérateur a conseillé de renouveler les tentatives d’appel. Le but: multiplier les chances que son appel soit détourné vers un autre routeur, fonctionnel, ailleurs en France, et puisse aboutir. Une situation qui explique le caractère relativement aléatoire de la panne, qui a touché l’ensemble du territoire. Si les difficultés liées aux numéros d’urgence ont été les plus remarquées, c’est bien une large partie du réseau fixe qui a été concernée.

Correspondances de numéros

A ce stade, plusieurs éléments restent à éclaircir, notamment au sujet de la recommandation faite par Orange et les pouvoirs publics de passer par les numéros d’urgence “de contournement”.

Ces numéros correspondent en réalité aux véritables numéros (à dix chiffres) des différents services de secours (SAMU, police ou pompiers). Lorsqu’un utilisateur compose le 15, le 17 ou le 18, son opérateur analyse la localisation de son antenne-relais pour “traduire” ce numéro court en numéro à dix chiffres du service de secours le plus proche.

Ce 2 juin, les autorités ont pris l’initiative de mettre en ligne l’ensemble de ces centaines de numéros locaux, qui n’ont en principe pas vocation à être rendus publics. Cette stratégie suggère qu’un problème a également concerné ce processus de “traduction”, qui pourrait là encore être lié à des difficultés chez Orange.

Dans les faits, un appel entre deux lignes qui ne sont pas gérées par Orange ne transite pas par la plateforme d’interconnexion touchée et n’avait donc pas de raison d’échouer lors de la panne.

Selon un spécialiste du secteur souhaitant garder l’anonymat, cette recommandation peut s’expliquer par un acheminement plus diversifié des numéros à dix chiffres par rapport aux numéros courts, avec à la clef une probabilité plus faible de transiter par les routeurs mis en cause.

Leave a Reply