Pancarte antisémite de Metz : Cassandre Fristot convoquée devant le tribunal en septembre prochain – France Bleu

Spread the love

Dans l’affaire de la pancarte antisémite, Cassandre Fristot sera jugée le 8 septembre prochain, devant le tribunal correctionnel de Metz, pour provocation publique à la haine raciale par affiches ou par placards. Interpellée lundi, à son domicile de Hombourg Haut, cette enseignante de 33 ans a été placée en garde à vue à l’hôtel de police de Metz. Son logement avait été aussi perquisitionné, et la pancarte n’a pas été retrouvée.

Lors de son audition par les enquêteurs de la sûreté départementale, Cassandre Fristot a déclaré s’être débarrassé de l’écriteau. 

Les auditions ont cessé ce mardi après-midi, et il lui a été notifié une convocation pour répondre du délit de provocation publique à la haine raciale par affiches ou placards. Dans un communiqué, le procureur de la république de Metz, précise que Cassandre Fristot, encourt un an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende

Cassandre Fristot, 34 ans, est une ancienne candidate du FN aux élections législatives de 2012 en Moselle. Elle a été aussi élue au conseil municipal de Hombourg-Haut entre 2014 et 2020. Récemment, elle s’était rapprochée d’un petit mouvement d’extrême droite, le Parti de la France. 

Selon l’un des animateurs du mouvement mosellan contre le pass sanitaire, l’avocat Anthony Winkel, qui s’est dit ” scandalisé ” par cette pancarte, Cassandre Fristot n’avait pas participé aux trois premiers cortèges messins qui avaient été organisés en juillet dernier. Lorsqu’elle a été prise en photo avec cette écriteau, c’était “a priori sa première participation à la manifestation contre le pass sanitaire “, précise-t-il. 

L’avocat, contacté par France Bleu Lorraine, condamne l’initiative de l’ancienne élue locale. Et il sera particulièrement vigilant ce samedi, lors de la prochaine manifestation messine contre le pass sanitaire. Il ne veut pas “d’étoiles jaunes dans le cortège, ni de propos discriminatoires“. 

Leave a Reply