Paiements électroniques : l’heure est à la grande consolidation en Europe

Spread the love
Paiements électroniques : l'heure est à la grande consolidation en Europe

C’est un secteur qui ne connait pas la crise, et qui se structure. Le spécialiste italien des paiements électroniques Nexi a annoncé lundi un accord de fusion avec son concurrent SIA pour créer un groupe doté d’un chiffre d’affaires annuel de 1,8 milliard d’euros. Objectif : se développer sur le marché européen. Une annonce qui illustre une tendance forte : le secteur du paiement électronique se consolide à grand pas.

En février dernier c ‘est Worldline qui lançait une offre à 7,8 milliards d’euros pour acquérir Ingenico. Là encore l’objectif est de créer un leader européen des paiements électroniques. Et outre-Atlantique, le mouvement de consolidation est également à l’oeuvre.

Nexi et SIA ont des parts cumulées de marché en Italie estimée par Jefferies à environ 70% mentionne Reuters. Les deux entreprises étaient en discussion depuis plus d’un an mais les négociations achoppaient notamment sur des désaccords en terme de valorisation et de gouvernance. “Cette transaction créera un grand groupe italien de paiements électroniques (…) doté d’une taille et de capacités pour jouer un rôle de plus en plus important sur (…) un marché comme en Europe où la tendance à la consolidation est forte”, a déclaré dans un communiqué Paolo Bertoluzzo, l’administrateur délégué de Nexi, qui sera le patron du nouvel ensemble.

publicité

Sous le regard attentif des autorités de régulation

Dans le cadre de leur fusion, qui se fera entièrement en actions, SIA est valorisé 4,6 milliards d’euros. Nexi détiendra environ 70% du capital du nouvel ensemble, dont la valorisation en Bourse sera supérieure à 15 milliards d’euros. Le groupe fusionné sera le numéro un en Europe continentale avec environ 120 millions de cartes gérées. Il traitera les paiements de quelque deux millions de commerçants.

Reste que ce mouvement de consolidation s’effectue sous le regard attentif des autorités de régulation. Les autorités européennes de la concurrence s’inquiètent par exemple du rapprochement entre Worldline et Ingenico. Les négociations sur ce point sont toujours en cours.

Leave a Reply