Paiement fractionné : Alma lève 49 millions d’euros (en une fois !)

Spread the love
Paiement fractionné : Alma lève 49 millions d'euros (en une fois !)

Alma fait désormais partie des startup françaises du secteur de la fintech qui comptent, à l’instar de Qonto, Lydia ou encore Swile. L’entreprise vient de boucler une levée de fonds de Serie B de 49 millions d’euros. Et son encours actuel s’élève encore à environ 21 millions d’euros mentionne Les Echos. Alma, fondée en 2018, avait levé 12,5 millions d’euros il y a moins d’un an.

Comme tout le secteur du paiement en ligne, Alma profite à fond de la montée en puissance du e-commerce dans un contexte de crise sanitaire. D’autant que les solutions d’Alma sont configurables sur les grandes plateformes de l’e-commerce comme Shopify, Magento, ou encore Prestashop.

publicité

Rendre le paiement en plusieurs fois plus rapide et efficace

« Alma est un booster de business : nous permettrons d’augmenter les ventes, mais aussi la satisfaction client. Or, le nerf de la guerre dans le commerce, c’est la fidélisation de la clientèle », explique dans Les Echos Louis Chatriot, le patron d’Alma, ancien employé de Stripe. La société avance les fonds aux marchands lors de l’achat d’un produit et touche une commission à chaque phase de remboursement. De quoi rendre le paiement en plusieurs fois plus rapide et efficace. Sur ce point, Alma dit avoir multiplié par six le nombre de ses marchands partenaires entre 2019 et 2020.

Alma vient également de lancer une solution de paiement en différé, nommée Pay Later, qui permet aux clients d’acheter un produit mais d’être prélevé entre deux semaines et un mois plus tard. Cette année, elle souhaite mettre en place une solution de paiement fractionné pouvant aller jusqu’à douze fois.

Alma encaisse une commission partagée avec le client de la boutique en ligne de 3,8% pour son offre de paiement en plusieurs fois. Pour le paiement fractionné, la commission est de 3,9%.

D’autres acteurs français profitent du contexte économique actuel pour monter en puissance. Mi-décembre 2020, Lydia bouclait une levée de fonds de série B record de 112 millions d’euros. Lancée en 2013, la plateforme de services financiers mobiles compte aujourd’hui plus de 4 millions d’utilisateurs, dont 30 % des 18-30 ans. La start-up déclare avoir réalisé une année record en 2020, « tant pour le nombre de nouveaux utilisateurs que pour le volume de transactions qui a doublé par rapport à 2019 ».

Pour aller plus loin sur les sujets Fintech

Leave a Reply