Oui, Alexa est en train de devenir l’anti-Windows

Spread the love
Oui, Alexa est en train de devenir l'anti-Windows

Depuis des années, les présentations de produits de Microsoft sont ancrées dans la facilitation du “flow” des utilisateurs. Ce terme, popularisé par le professeur de psychologie Mihaly Csikszentmihaly et référencé dans des dizaines de publications sur l’amélioration de la productivité et la suppression des distractions, décrit un état mental de performance optimale dans lequel une personne est engagée dans une tâche au point que le reste du monde disparaît de sa conscience. Ah et à ce sujet, “Flow” est le nom du thème par défaut de Windows 11.

Même pour ceux qui n’atteignent que rarement ou jamais l’idéal de la fluidité, l’informatique personnelle est motivée par la création depuis ses premiers jours. La mission de Microsoft est donc de “donner à chaque personne et à chaque organisation sur la planète les moyens d’en faire plus”.

Mais même les plus créatifs et les plus productifs d’entre nous ne peuvent passer qu’un temps limité dans un état de productivité. La révolution mobile a marqué un changement sismique sur ce point, passant d’une informatique axée sur la productivité à une informatique axée sur le style de vie. Un changement plus profond que le passage à une présence et une connectivité omniprésentes. C’est une évolution qu’Apple a cherché à poursuivre en concevant un type d’appareil pour chaque contexte et que Google a laissé entrevoir en poursuivant ses travaux sur l’IA, l’informatique quantique et les interfaces naturelles.

publicité

Saisir les opportunités de l’automatisation

Mais il existe une opportunité gigantesque qui dépasse même celle de l’informatique “de style de vie”. Lors de l’évènement Alexa Live, Amazon a, pour la première fois, donné un aperçu du potentiel de l'”informatique ambiante”. Ce terme, autrefois confiné à des gadgets propose une couche de services proactifs. L’informatique ambiante exige toujours de l’attention, mais pas une attention soutenue. De la même manière que Google a changé les règles de base de la recherche sur Internet en concentrant sa page sur l’obtention de l’information demandée le plus rapidement possible, un écosystème Alexa pleinement réalisé renverse le scénario de la réalisation des choses.

Dans une démonstration éloquente de l’ampleur de la croissance d’Alexa par rapport à ses origines de DJ et de présentateur de nouvelles sur les premières enceintes intelligentes, Amazon a montré comment les clients dans un véhicule équipé d’Alexa pouvaient signaler à Whole Foods (une chaîne d’épicerie possédée par Amazon) que leur véhicule s’approchait pour passer une commande. Une fois que les conducteurs atteignent une place de collecte, ils peuvent utiliser Alexa pour indiquer au supermarché la place où ils sont garés afin qu’un employé puisse charger la voiture avec leur commande.

Ce scénario futuriste permet de saisir les opportunités de l’automatisation. L’association d’une plaque d’immatriculation ou d’une balise radio à courte portée à une place particulière – toutes deux triviales – permettrait au conducteur de ne pas avoir à prévenir le supermarché. En outre, le déploiement d’un robot pour livrer les courses est une petite tâche d’IA par rapport au type de tâches de livraison qu’Amazon effectue déjà avec ses robots roulants Scout.

Les ordinateurs vont s’améliorer pour devenir des agents externalisés plutôt que des outils

Amazon estime qu’il y aura de nombreux gagnants dans le domaine de l’informatique ambiante. Elle joue un rôle de premier plan dans Matter, l’initiative de connectivité multiplateforme fondée par Amazon, Apple et Google. Mais Amazon a travaillé également avec Microsoft sur l’interopérabilité avec Cortana avant que Microsoft n’enterre cet agent vocal. Le plus important est qu’Alexa est en passe de devenir beaucoup plus omniprésent dans la pratique, et pas seulement dans la prise en charge des appareils.

Comme l’ont montré des projets d’IA tels que GPT-3, les ordinateurs commencent à s’améliorer pour devenir des agents externalisés plutôt que des outils. Et cela va changer radicalement la nature du PC et des autres appareils. Cependant, nous sommes encore loin du compte et, aujourd’hui, Amazon et Microsoft ont des rivaux communs, Apple et Google. Tant que nous développerons nos propres présentations de diapositives et que nous ferons nous-mêmes nos courses dans nos voitures, la poursuite par Microsoft et Amazon d’une productivité engagée et ambiante pourrait donner lieu à des opportunités de partenariat intéressantes, malgré leur concurrence agressive dans le domaine du cloud computing.

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply