Origine du coronavirus : bientôt la fin du mystère ? – LaDepeche.fr

Spread the love

l’essentiel L’origine du coronavirus SARS-Cov-2 est capitale pour comprendre son fonctionnement et se préparer à d’autres épidémies dans les années à venir. Après la thèse de l’origine naturelle, celle d’un accident de laboratoire – hypothèse longtemps écartée– semble de plus en plus probable.

Connaîtra-t-on un jour l’origine exacte du coronavirus SARS-Cov 2 apparu à Wuhan, en Chine, fin 2019 ? Saura-t-on si la pandémie, qui a fait au moins 5 millions de morts selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et mis à genoux l’économie mondiale, était d’origine animale ou la conséquence d’un accident de laboratoire ? Laquelle de ces deux thèses est dans le vrai ? Le mystère demeure.

Depuis l’apparition de ce redoutable virus et son cortège de variants, la vérité sur la réalité de l’épidémie a été malmenée de toutes parts et, parfois, sciemment cachée. Pour ne pas déplaire au pouvoir central, les médecins lanceurs d’alerte de Wuhan ont été, dès le départ, sommés de se taire, les autorités locales de la région du Hubei n’ont pas alerté Pékin, retardant la prise en compte de l’épidémie par la Chine comme par l’OMS. Et une fois informée de la réalité de cette épidémie aux contaminations exponentielles, l’administration de Xi Jinping a sciemment menti en minimisant les chiffres. Car l’épidémie dépassait le cadre sanitaire et recouvrait des enjeux géopolitiques et économiques.

Rapport d’experts de l’OMS controversé

À ces dissimulations se sont ajoutées fake news et thèses complotistes. En plein bras de fer commercial avec la Chine, Donald Trump prenait ainsi un malin plaisir à parler du « virus chinois » tout en ne faisant rien pour freiner sa propagation mortelle une fois qu’il avait atteint les Etats-Unis. Et alors que les services de renseignements américains déclaraient que l’origine du virus était animale, Trump assurait avoir vu des preuves liant le Covid-19 à un laboratoire de Wuhan, le fameux laboratoire P4 créé en 2018 avec la France dans la capitale mondiale de la recherche sur les coronavirus.

La thèse de l’accident de laboratoire est alors violemment contestée par la communauté scientifique et notamment par 27 chercheurs qui signent le 9 février 2020 dans la revue scientifique de référence The Lancet une tribune pour fustiger le complotisme et assurer que le virus avait une origine animale.

Pourtant au fil des mois, la thèse de la zoonose – le passage d’un virus baptisé RaTG13 de la chauve-souris à l’homme via un intermédiaire qu’on pensait être le pangolin – va s’effriter, minée par les zones d’ombre et les révélations sur Peter Daszak, le « chasseur de virus » auteur de la tribune et soupçonné de conflits d’intérêts depuis que ses liens avec le laboratoire de Wuhan ont été révélés…

Les mineurs du Yunan en 2013

L’accident de laboratoire redevient plausible et les chercheurs qui passaient pour des illuminés pour avoir émis ne serait-ce que des doutes sont alors davantage écoutés. Le rapport d’experts de l’OMS et de scientifiques chinois, publié le 30 mars 2021, suscite la controverse en ne retenant que la thèse de la contamination animale et conduit le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à réclamer une étude approfondie sur la thèse de l’accident de laboratoire qui est alors à peine évoquée.

Le laboratoire P4 de l'institut de virologie de Wuhan.
Le laboratoire P4 de l’institut de virologie de Wuhan. AFP – HECTOR RETAMAL

Mais pour travailler sérieusement sur cette piste, encore faudrait-il disposer de données. Le conseiller médical de la Maison Blanche Anthony Fauci avait exhorté Pékin à communiquer des données médicales précises. Celles de mineurs qui avaient contracté en 2013 des syndromes respiratoires dans une mine du Yunan, à quelque 1 800 kilomètres de Wuhan. Et celles des chercheurs de l’Institut de Wuhan qui auraient contracté des symptômes compatibles avec le Covid-19 en novembre 2019, un mois avant le début officiel de l’épidémie et après avoir visité une grotte de chauve-souris. Las ! La Chine n’a jamais transmis ces données.

Y a-t-il eu la main de l’homme ?

Si un accident survenu dans le laboratoire – dont des failles de sécurité avaient éveillé l’attention des autorités américaines début 2018 – a pris de la consistance, il reste encore beaucoup de questions sans réponses. Le Sars-Cov-2 d’origine naturelle et s’est-il accidentellement échappé du laboratoire de Wuhan où il était stocké ? Est-il devenu transmissible à l’homme après un « gain de fonction » consécutif à sa mise en culture ?  Ou est-il une « chimère » entièrement fabriquée en laboratoire à partir d’un autre virus ?
Il est pourtant capital de connaître l’origine du coronavirus pour pouvoir anticiper. Car d’autres épidémies verront le jour dans les années et les décennies à venir, il n’y a hélas aucun mystère là-dessus.

Leave a Reply