Orange se met en ordre de bataille pour lancer l’assaut sur Orange Belgique

Spread the love
Orange se met en ordre de bataille pour lancer l'assaut sur Orange Belgique

Le groupe Orange lorgne sur Orange Belgique. L’opérateur historique, qui détient 52,9 % de son homologue belge via sa holding Atlas Service Belgium (ASB), entend aujourd’hui racheté les actions qu’il ne détient pas encore. Pour ce faire, sa direction a annoncé ce mercredi soir envisager « une offre publique d’acquisition volontaire conditionnelle sur l’ensemble des actions d’Orange Belgium qu’elle ne détient pas encore », afin de faire sortir Orange Belgique de la bourse belge.

Comme le précise le groupe présidé par Stéphane Richard, il s’agira d’une offre en espèces, sans condition de seuil, faite au prix de 22 euros par action, signale Orange SA. « Ce prix représente une prime de 35,6% par rapport au cours de clôture d’Orange Belgium au 2 décembre 2020 et de 49,3% par rapport au cours de bourse d’Orange Belgium moyen pondéré par les volumes sur les six derniers mois », vante la direction de l’opérateur historique, estimant ces conditions offertes aux actionnaires pour une vente immédiate « très attrayantes ».

« Si le groupe Orange possède, à l’issue de l’offre, au moins 95 des titres avec droit de vote et a acquis, par acceptation de l’offre, des titres représentant au moins 90 du capital assorti de droits de vote faisant l’objet de l’offre, l’offre serait suivie d’une offre de reprise simplifiée soumise aux mêmes conditions », poursuit le communiqué de l’opérateur, qui entend bien mettre la main sur son homologue belge. Message reçu du côté du Conseil d’administration d’Orange Belgium, qui a pris connaissance de cette annonce de lancement d’une offre publique d’acquisition et annonce qu’il se réunira « dans les meilleurs délais » afin d’en examiner le contenu.

publicité

Une offre encore au conditionnel

« L’objectif est de renforcer la position du groupe Orange afin de permettre à Orange Belgium de déployer plus efficacement sa stratégie de création de valeur à long terme et de réagir plus efficacement aux transformations majeures du marché belge, par une meilleure flexibilité financière », explique la direction d’Orange, qui précise qu’un retrait des marchés financiers pourra être envisagé en cas de succès de son offre, « puisque les ambitions stratégiques de l’entité peuvent être réalisées sans recourir aux marchés de capitaux ».

La direction du groupe semble toutefois vouloir encore tâter le terrain pour apprécier l’accueil qui pourrait lui être fait en cas de lancement d’une telle offre. L’opérateur historique a en effet précisé que sa communication « n’est que l’expression d’une intention et ne constitue pas une notification formelle d’une offre publique d’acquisition volontaire ».

Pour rappel, sur les 48 % d’actions d’Orange Belgique qui échappent encore au groupe Orange, 36 % constituent de l’actionnariat flottant, 3 % sont aux mains du fond français Boussard & Gavaudan et 5 % sont détenus par le fond britannique Polygon Global Partner.

 

Leave a Reply