Oracle Cloud vise plus de HPC et ajoute Ampere pour la première offre d’Arm

Spread the love
Oracle Cloud vise plus de HPC et ajoute Ampere pour la première offre d'Arm

Tout juste après son accord très médiatisé avec TikTok et une série d’autres gains de clients importants dans le domaine du cloud, Oracle a présenté mardi sa vision de son activité dans le domaine du cloud pour les 12 à 18 prochains mois. En mettant l’accent sur les charges de travail du calcul haute performance (HPC), la société a annoncé une série de mises à jour du matériel et des calculs, ainsi que de nouveaux partenariats.

Les annonces comprennent de nouvelles instances HPC sur Oracle Cloud Infrastructure (OCI) alimentées par des puces Intel “Ice Lake”, la disponibilité générale des GPU Nvidia A100 sur les instances bare metal et l’introduction d’instances de calcul E4 pour les charges de travail à usage général. En outre, Oracle s’est associé à Ampere pour offrir les premières instances de calcul ARM d’Oracle, et à Rescale pour faciliter l’intégration des tâches HPC dans les systèmes.

Après près de quatre ans de concurrence efficace en tant que fournisseur de niche, éclipsé par les principaux fournisseurs de cloud public comme Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud, l’activité cloud d’Oracle montre un certain dynamisme. Avec plus de 25 régions actuellement en ligne, OCI devrait compter 36 régions en fonctionnement dans le monde d’ici l’année prochaine. Parmi ses principaux clients figurent Nissan et d’autres entreprises du secteur automobile, ce qui souligne l’importance qu’Oracle accorde à la fourniture de charges de travail HPC, qui sont généralement difficiles à exécuter dans le cloud.

publicité

Processeurs Ice Lake d’Intel

Oracle, en concurrence avec d’autres fournisseurs de cloud computing, met l’accent sur le HPC. « Le problème est que beaucoup d’applications utilisées dans ces [HPC] sont vieilles de 30 à 40 ans », explique Karan Batta, vice-président de la gestion des produits pour OCI. « Même passer d’Intel à AMD entraînerait des résultats différents. C’est une charge de travail très fragile, mais aussi très importante. »

Selon Karan Batta, la ligne directrice à la base de la stratégie d’Oracle en matière de cloud consiste à penser que les clients veulent le meilleur du on-premise – c’est-à-dire la performance et la spécialisation – ainsi que le meilleur de ce que le cloud est censé offrir, à savoir le paiement à l’utilisation, l’évolutivité, etc.

Au cours du premier semestre de l’année prochaine, dans le cadre de sa feuille de route pour les plateformes HPC, Oracle proposera des instances de calcul HPC basées sur les processeurs “Ice Lake” d’Intel. Les nouvelles instances devraient fournir 30 % de performances de base supplémentaires par rapport aux instances Oracle précédentes pour des charges de travail telles que les simulations de crash, les charges de travail CFD et EDA. Les clients pourront déployer ces instances en tant que bare metal, obtenir du stockage NVMe pour le contrôle local, et ils pourront construire des grappes de ces instances sur le réseau de grappes RDMA d’Oracle.

IA et HPC

Oracle a également annoncé mardi la disponibilité générale des GPU Nvidia A100 Tensor Core sur les instances bare metal. Ils seront disponibles à partir du 30 septembre aux Etats-Unis, dans les régions d’Europe et d’Asie-Pacifique où Oracle est présent au prix de 3,05 dollars par GPU et par heure. Ils serviront au HPC ainsi qu’aux charges de travail d’intelligence artificielle et de machine learning, et les clients pourront faire évoluer jusqu’à 512 GPU dans un seul cluster.

Les nouvelles instances fournissent jusqu’à 1,6 Tb/s de bande passante par nœud en métal nu, abritant 8 GPU A100, tous entièrement interconnectés avec NVLink. Elles fournissent aux clients plus de 25 To de stockage local NVMe et 2 To de RAM pour les charges de travail graphiques à grande échelle ou les bases de données accélérées. « Nos clients exécutent de grandes charges de travail de traitement de graphiques pour les moteurs de recommandation – ils ont besoin d’une grande mémoire pour cela », indique Karan Batta.

Les clients des industries pétrolière et gazière font notamment du traitement sismique. « Toutes ces données sismiques, ils veulent qu’elles soient locales, donc nous avons dû augmenter le stockage local pour cela », précise-t-il. « Nous avons fini par construire cette Ferrari géante, pour ainsi dire, pour le monde des GPU. C’est dans la plupart des cas mieux que sur le terrain. »

Oracle s’associe à Ampere

Par ailleurs, Oracle s’est associé à Ampere pour fournir ses premières instances de calcul basées sur Arm. Au début de l’année prochaine, les clients pourront lancer des machines nues ou virtuelles comportant jusqu’à 160 cœurs, avec une fréquence turbo de 3,3 Ghz sur une grande variété de distributions Linux, dont Oracle Linux et Ubuntu. Les clients pourront choisir les niveaux de cœurs ou de mémoire dont ils ont besoin. Outre les instances de calcul pur, ils pourront également utiliser ces instances dans le cadre du niveau toujours libre d’Oracle pour le développement et les tests.

« Personne n’a vraiment pensé à Arm dans le cloud comme ils l’ont fait », souligne Karan Batta à propos d’Ampere. En ajoutant aux options d’OCI d’Intel, d’AMD et de Nvidia, a-t-il dit, Ampere contribue à « un portefeuille complet de choix pour que nos clients puissent choisir ce qu’ils veulent ».

Oracle a également annoncé que les instances E4, la prochaine génération de ses instances de calcul élastique, seront disponibles au début de l’année prochaine. Alors que les instances E3 d’Oracle sont construites sur la génération de processeurs Rome d’AMD, les instances E4 seront alimentées par les processeurs Milan d’AMD. Toutes ces instances font partie de l’offre « d’infrastructure flexible » d’Oracle, qui permet aux clients de choisir exactement le nombre de cœurs et la quantité de mémoire qu’ils souhaitent.

En attendant, le partenariat d’Oracle avec Rescale devrait permettre aux clients d’embarquer plus facilement et de faire fonctionner les travaux HPC en moins d’une journée. Rescale a préinstallé plus de 450 applications sur les instances HPC d’Oracle et permet aux clients d’apporter leurs propres licences.

« Parfois, nous avons des organisations plus petites qui n’ont pas nécessairement l’expertise ou la capacité humaine pour construire sur notre cloud », ajoute Karan Batta. Ces clients peuvent « aller sur Rescale, soumettre un travail, et cela fonctionne de manière transparente – permettant à un plus grand nombre de clients d’utiliser les avantages de notre cloud par le biais d’un fournisseur qui rend les choses simples ».

Source : ZDNet.com

Leave a Reply