Operation DisrupTor : la « fin de l’âge d’or » pour les marchés noirs ?

Spread the love
Operation DisrupTor : la « fin de l’âge d’or » pour les marchés noirs ?

« L’âge d’or des marchés noirs du dark web est terminé » : le communiqué d’Europol annonçant l’opération DisrupTor ne mâche pas ses mots. L’organe de coopération des polices européennes annonçait hier une opération d’envergure ayant permis l’arrestation de 179 vendeurs opérant sur le réseau Tor pour commercialiser des substances illicites. Il ne s’agit pas ici de la fermeture d’une place de marché spécifique : comme l’indique Europol, les enquêteurs ont mis à profit les données récupérées lors du démantèlement de Wall Street Market, qui avait eu lieu au mois de mai 2019. Europol annonce également que des investigations sont toujours en cours pour identifier d’autres vendeurs.

Les différentes arrestations ont majoritairement eu lieu aux Etats-Unis, avec quelques arrestations en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Autriche, aux Pays-Bas et en Suède. L’opération a permis la saisie de 6,5 millions en liquide et en cryptomonnaies, ainsi que plus de 500 kg de drogues diverses, allant de la MDMA à la cocaïne et l’héroïne.

publicité

Changement de stratégie

Ce n’est pas la première fois que la police annonce une opération d’envergure visant le trafic de drogue sur Tor, mais c’est en revanche la première fois que ce type d’opération vise directement des vendeurs et non une place de marché.

Plusieurs opérations menées par Europol ont conduit au démantèlement de plusieurs places de marchés illégales opérant sur Tor au cours des dernières années. L’opération DisrupTor mentionne ainsi le démantèlement de Wall Street Market en mai 2019 et, en 2017, un coup de filet mené par les autorités américaines qui a permis de stopper l’activité des places de marchés Hansa et Alphabay. Si la France n’est pas impliquée dans ce coup de filet, les autorités ont également eu leur moment de gloire avec les arrestations ayant conduit à l’arrêt de la place de marché Black Hand, ainsi que du site French Deep Web en 2019. Le démantèlement du réseau Encrochat cette année a également permis d’alimenter de nombreuses enquêtes sur des trafics en tout genre.

Mais la stratégie qui consiste à viser les places de marché ne semble pas porter ses fruits : comme le montraient déjà en 2015 certains chercheurs, la fin d’un service de vente illégale sur Tor est rapidement comblée par l’ouverture de nouvelles plateformes, et le volume de trafic reste sensiblement similaire. DisrupTor montre que les autorités sont aujourd’hui en mesure d’exploiter les données récoltées suite à ces démantèlements de plateformes, pour viser directement les vendeurs. Difficile de dire pour l’instant si cette approche obtiendra de meilleurs résultats, mais le communiqué d’Europol sur le sujet se veut confiant.

Leave a Reply