OneWeb se remet sur les rails

Spread the love
OneWeb se remet sur les rails

OneWeb a annoncé officiellement sortir de son placement sous l’égide du Chapitre 11, le texte américain qui régit les entreprises en faillite. La société avait en effet pu compter sur un nouveau financement de la part du royaume uni et du conglomérat indien Bharti Global, qui avaient chacun abondé 500 millions d’euros pour renflouer la société en perte de vitesse.

Dans un communiqué, OneWeb annonce donc formellement être parvenu à se dépêtrer de ses ennuis et sortir de la procédure prévue par le Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. La société annonce également la nomination d’un nouveau PDG, Neil Masterson, ancien de Thomson Reuters qui prendra la suite d’Adrian Steckel à la tête de l’entreprise.

OneWeb est une société britannique qui ambitionne de proposer une connexion internet satellitaire au moyen d’une flotte de satellites en orbite autour de la terre. Concurrente du projet Starlink, OneWeb avait commencé à déployer ses satellites en orbite pendant l’année 2019 et au début de l’année 2020, avant que des difficultés financières la poussent à se placer sous l’égide du Chapitre 11. La société entend maintenant reprendre la mise en orbite de satellite en 2021 et 2022. La société espère pouvoir mettre au total 650 satellites en orbite, qui lui permettront de proposer une connexion internet aux résidents britanniques dans un premier temps puis à l’international.

publicité

Un retard à l’allumage

Si OneWeb peut se réjouir de se relever, la société britannique ne pourra pas compter sur des financements européens pour réaliser son projet. OneWeb avait été considéré comme un candidat pour les financements prévus par l’Europe mais selon Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, OneWeb ne répond pas aux attentes de l’Union Européenne sur ce secteur. Elle ne pourra donc pas bénéficier des 16 milliards d’euros prévus par l’UE pour financer ces projets.

OneWeb devra en plus rattraper son retard face à la concurrence sur ce secteur : Starlink, la filiale de SpaceX proposant un projet similaire, a annoncé récemment le début d’une phase bêta pour son service de connexion internet satellitaire. On sait également qu’Amazon ambitionne de se positionner sur ce secteur avec son projet Kuiper, qui vise à la mise en orbite de plus de 3000 satellites autour de la terre.

Leave a Reply