C’est un échec cuisant: la candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire européenne au Marché intérieur a été massivement rejetée par le Parlement européen jeudi avec 82 députés qui ont voté contre, 29 pour et une abstention.

Un vote, suivi d’une bourde, comme l’a repéré un journaliste de Marianne. Le Parti populaire européen (PPE) a publié un tweet rendant compte de l’issue du vote des députés européens, avec en fond de l’image une phrase qui n’était manifestement pas destinée à être diffusée: “Guys we are going to kill her in the vote later but do not say anything until then”. En français: “On va la descendre lors du vote mais ne dites rien avant”.

Sylvie Goulard prend acte de la décision

L’éphémère ministre des Armées d’Emmanuel Macron, avait démissionné un mois après sa nomination, mise en cause dans une affaire de soupçons d’emploi fictif au sein de son parti, le MoDem. Elle réagi à la décision des parlementaires de Bruxelles sur le même réseau social, prenant acte de la décision, “dans le respect de la démocratie”.

Dans un communiqué, cité par l’AFP, François-Xavier Bellamy, député européen appartenant au parti Les Républicains, membre du PPE, a commenté l’issue du vote, déclarant que “beaucoup de (ses) collègues ont trouvé très surprenant qu’une enquête qui disqualifiait Mme Goulard pour être ministre à Paris, ne la disqualifie pas pour devenir commissaire à Bruxelles”.

Advertisements

Leave a Reply