Advertisements

Olivier Véran nommé ministre des Solidarités et de la Santé en remplacement d’Agnès Buzyn – Le Figaro

Spread the love

Le nouveau ministre va devoir dès lundi mener de front la lutte contre l’épidémie de coronavirus et le débat sur les retraites.

Par Marcelo Wesfreid

Olivier Véran.
Olivier Véran. Ludovic Marin/AFP

Ce dimanche 16 février au soir, le député et médecin Olivier Véran a été désigné par Emmanuel Macron pour remplacer Agnès Buzyn comme ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé l’Élysée. Olivier Véran a été nommé juste après la démission d’Agnès Buzyn, qui a décidé de quitter le gouvernement pour devenir la candidate LREM à la mairie de Paris, en remplacement de Benjamin Griveaux.

Olivier Véran, qui continuait jusqu’ici à consulter en neurologie au CHU de Grenoble-La Tronche, devrait cette fois raccrocher la blouse blanche pour se consacrer à 100% à ses nouvelles fonctions. D’autant qu’il hérite d’un vaste ministère, couvrant les sujets médicaux et la protection sociale. Deux univers différents, mais qu’il connaît bien. Rapporteur général de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, il a suivi de près le financement de la Sécurité sociale. Il est un farouche partisan du déremboursement de l’homéopathie. Il a également été désigné rapporteur pour le projet de loi organique sur les retraites.
Ses collègues du gouvernement le connaissent bien. «Il est bouillonnant, plein d’énergie et passionné», résume l’un d’entre eux. Avant de devenir l’une des figures du groupe de la République en Marche au Palais Bourbon, Olivier Véran a commencé ses classes au Parti socialiste. Suppléant de Geneviève Fioraso, il entre à l’Assemblée nationale comme député PS en 2012, quand celle-ci est nommée ministre de la Recherche de François Hollande. Il y siégera pendant trois ans, avant de devenir conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes. Il a également occupé plusieurs fonctions syndicales au cours de sa carrière. C’est donc un profil plus engagé et expérimenté en politique que celui d’Agnès Buzyn. À peine arrivé, Olivier Véran va devoir mener de front la lutte contre l’épidémie de coronavirus et le débat sur les retraites.

Advertisements

Leave a Reply