Olivier Véran leur propose 300 millions : colère des médecins hospitaliers – Le Parisien

Spread the love

C’était 6 milliards d’euros pour les personnels soignants non médicaux des établissements de soins publics (1,2 million de salariés pour la seule fonction publique hospitalière) et privés, ce sera 300 millions pour les 100 000 médecins hospitaliers, a annoncé ce lundi soir Olivier Véran, le ministre de la Santé, à l’issue d’une réunion avec les représentants des personnels médicaux.

« On s’attendait à un choc d’attractivité, on a eu un choc de déception, réagit Rachel Bocher, présidente de l’Intersyndicale nationale des praticiens hospitaliers, INPH. Ça représente une hausse moyenne de salaire de 3 %, ça n’est pas ainsi que l’on va revitaliser l’hôpital et éviter la fuite des cerveaux ». Les autres représentants syndicaux qualifient la proposition du ministre d’« inadmissible », pour l’un, « nulle », pour un autre…

Les praticiens du public demandaient le double

Voilà donc relancée, à la veille d’une nouvelle journée d’action à l’hôpital, la grogne des représentants des médecins hospitaliers qui participent actuellement au « Ségur de la Santé » et dont certains, la semaine passée, ont claqué la porte des négociations dénonçant le manque d’informations et de calendrier.

Selon les estimations de la Fédération hospitalière de France (FHF), il faudrait, pour une juste réévaluation des rémunérations des praticiens du secteur public, au moins 650 millions d’euros par an. Avec 300 millions, on en est donc loin. Revaloriser fortement les salaires des médecins, c’est quasiment une obligation », juge la FHF qui représente les mille établissements de santé publics français où 25 % des postes de médecins sont vacants, faute de trouver preneurs.

Les syndicats doivent faire des contrepropositions

Concrètement, rappelle Rachel Bocher, les praticiens espéraient que leur prime de service, actuellement de 450 euros nets par mois pour les salariés ayant moins de 15 ans d’ancienneté, 750 euros au-delà, « soit revalorisée à 1 000 euros. On en est très loin ! Cela fait vingt ans que nos salaires n’ont pas augmenté ! », martèle-t-elle.

Syndicats et ministre se sont quittés sur une poignée de main glaciale. Ce lundi soir, les syndicats devaient faire des contre-propositions qui seront discutées jeudi prochain, lors d’un nouveau rendez-vous avenue de Ségur, au ministère.

Le « Ségur » se termine vendredi

Lancé le 27 mai dernier devant 300 acteurs du secteur de la Santé, et placé sous la supervision de Nicole Notat, ce « Ségur de la santé », ses ateliers, ses assemblées et ses réunions au ministère se terminent ce vendredi. Une restitution est prévue ce jour-là de l’ensemble des travaux réalisés autour de l’attractivité des professions de santé, du financement de l’hôpital, de sa gouvernance, de la coopération dans les territoires et de la digitalisation. C’est dire si les discussions sur les salaires des médecins se font quasiment sur la ligne d’arrivée.

Selon nos informations, c’est le Président de la République, Emmanuel Macron, lui-même qui devrait annoncer les mesures définitivement adoptées, sans doute la semaine prochaine, une fois le probable remaniement ministériel passé. C’est lui qui, en mars dernier, à Mulhouse (Haut-Rhin), avait annoncé le lancement de ce Grenelle de la Santé qui ne dit pas son nom et dont tout le monde attend un apaisement.

Leave a Reply