Olivier Faure veut « tourner la page » des divisions et propose à la gauche un référendum sur la taxation des superprofits – Le Monde

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, au côté de la députée (LFI) Clémentine Autain à la tribune de l’université d’été du PS, à Blois, samedi 27 août 2022.

Au Parti socialiste (PS), l’heure est à l’apaisement. Réunis à Blois (Loir-et-Cher) tout le week-end pour leurs universités d’été, les socialistes ont tenté de dépasser leurs querelles, trois mois après l’accord donnant naissance à la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), très critiquée par les opposants au premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Dans son discours de clôture, samedi 27 août, le député de Seine-et-Marne a appelé les cadres et les militants du parti « à dépasser ce moment ». « Il est derrière nous. Les urnes ont parlé », a-t-il lancé devant quelques centaines de personnes, reconnaissant tout de même que cet accord a pu être un « traumatisme » pour les fédérations qui ont dû retirer leurs candidats aux législatives au profit des partenaires de l’alliance.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le Parti socialiste toujours divisé sur l’alliance avec la Nupes

Le premier secrétaire s’est ensuite adressé à ses opposants, appelant à « l’unité » : « Qui sérieusement parmi nous peut proposer de revenir en arrière ? Pour faire quoi ? Si ce n’est pas (un rassemblement) avec le reste de la gauche, avec qui alors ? Si l’alternative n’existe pas, alors il faut maintenant se rassembler. »

Pour Carole Delga, « la séquence est passée »

Pour illustrer cette « nouvelle page » qu’il appelle de ses vœux, M. Faure s’est affiché dès vendredi avec une des opposantes les plus virulentes à la Nupes, la présidente socialiste de la région Occitanie, Carole Delga. Si elle maintient une « différence d’analyses par rapport au périmètre et au contenu » de la Nupes, l’élue qui a vu M. Faure deux fois en juillet a estimé devant les journalistes que « la séquence est passée ». « J’ai toujours été au PS, je n’ai jamais dit que j’allais quitter le PS », a-t-elle également tenu à préciser.

Dans un discours devant les élus socialistes vendredi, Mme Delga a toutefois tenu à marquer sa différence avec la méthode de rupture des élus « insoumis ». Se plaçant dans la gauche « de l’action, de la proposition et de la solution », Mme Delga s’en est prise dans son discours à « la gauche du slogan (…) et du clash permanent ». Elle s’est également opposée à une liste commune aux européennes proposée par le député « insoumis » Manuel Bompard. « Le projet de Melenchon sur l’Europe n’est pas le projet des socialistes », selon elle.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés LFI, PS, EELV… Après la séquence électorale unitaire du printemps, les enjeux identitaires refont surface à gauche

Proposition d’un RIP sur la taxation des superprofits

« Les affrontements laissent des traces », a reconnu Olivier Faure samedi matin. Or selon lui, les élections législatives ont démontré le bien-fondé de cet accord. « Les dissidents [socialistes à la Nupes] ont été sèchement battus, le PC a conservé ses députés, les écologistes ont obtenu un groupe, le PS a un groupe largement renouvelé, les insoumis ont 75 députés », a-t-il fait valoir. Critiqué pour avoir « affaibli l’identité du Parti socialiste » en s’alliant notamment avec La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, M. Faure a cette fois pris l’initiative de proposer « à l’ensemble des parlementaires de la Nupes de déposer à la rentrée parlementaire » un projet de référendum d’initiative partagée sur la taxation des superprofits.

Il vous reste 48.37% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Discover more from Ultimatepocket

Subscribe now to keep reading and get access to the full archive.

Continue reading