Advertisements

Nuit du Nouvel An : deux morts et plus de 400 interpellations en France – Le Parisien

Spread the love

Relativement calme sur le plan des violences urbaines, la nuit de la Saint-Sylvestre a été marquée par la mort d’un homme de 30 ans, tué par un pétard dans le Bas-Rhin et la chute mortelle d’un homme à Paris. « La nuit a été un peu moins violente que l’année passée, il n’y a pas eu de grosses prises à partie dans les quartiers lors d’interventions, résume une source sécuritaire. Vu le contexte social, nous n’avons pas noté d’actions revendicatives. »

Plus de 400 interpellations en France

Si une source sécuritaire évoque une soirée « plutôt calme et maîtrisée », des troubles ont tout de même eu lieu à Vénissieux (Rhône), à Strasbourg (Bas-Rhin) ou à Nantes (Loire-Atlantique). Plus rare, Limoges (Haute-Vienne) a aussi été marquée par des heurts, avec notamment une trentaine de véhicules brûlés et des pompiers caillassés.

Dans la capitale alsacienne, il y aurait aussi eu plus de 200 voitures brûlées, selon France Bleu Alsace. Longtemps considéré comme un marqueur du niveau des violences urbaines, le chiffre des voitures brûlées n’est plus communiqué par le ministère de l’Intérieur depuis deux ans. Selon nos informations, durant cette nuit de la Saint-Sylvestre, les 100 000 policiers et gendarmes mobilisés auraient procédé à près de 400 interpellations.

Pétard mortel dans le Bas-Rhin

La tradition a viré au drame. Un homme de 30 ans est mort après l’explosion d’un pétard de type mortier lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Haguenau (Bas-Rhin), à proximité de Strasbourg. Selon les premiers éléments de l’enquête ouverte par le parquet de Strasbourg, le trentenaire aurait voulu tirer des feux d’artifice dans son jardin lors de l’accident. Il aurait été touché à la tête par l’explosion du pétard.

« Cela s’est déroulé dans le cadre privé, souligne une source proche du dossier. L’homme ne se servait pas du pétard qui a causé sa mort dans le cadre de violences urbaines comme c’est parfois le cas. » Malgré l’intervention rapide des pompiers et des policiers, le trentenaire n’a pas pu être sauvé.

Cet accident n’est malheureusement pas le seul à avoir touché le Bas-Rhin mardi soir. Selon la préfecture, 51 personnes ont ainsi été blessées durant la soirée. Les victimes sont âgées de 4 à 57 ans et 20 d’entre elles sont mineures. Parmi ces blessés, deux d’entre eux « garderont des séquelles définitives », précise la préfecture du Bas-Rhin. Plus de 400 kg de pétards avaient été saisis ces derniers jours dans le département.

Un homme se tue en chutant du pont Royal

Dramatique accident aussi, à Paris. Un homme, inconnu à ce stade, a perdu la vie durant les premières heures de 2020. Peu avant 1 heure du matin, les policiers et pompiers ont été avisés qu’un homme avait fait une chute de plusieurs mètres depuis le pont Royal (Ier). L’inconnu a été retrouvé sur la berge côté Tuileries et a été déclaré mort à 1h27. La piste de l’accident est privilégiée.

Une femme tuée d’une balle dans la tête

Meurtre en amis, ou simple et stupide accident d’ivresse ? Trois hommes âgés d’une trentaine d’années et une jeune femme de 22 ans sont en garde à vue depuis ce mercredi matin dans les locaux de la sûreté départementale de l’Hérault. Très alcoolisés, ils ont été placés en cellule de dégrisement et devaient être entendus dans la soirée ce mercredi.

Ces trois hommes et cette femme sont suspectés d’être impliqués dans le décès d’une jeune femme de 22 ans retrouvée morte dans sa voiture, tuée d’une balle en pleine tête. La victime a été découverte à 6h45 ce mercredi matin par les policiers à proximité d’une discothèque de Montpellier où elle avait passé la soirée avec les quatre personnes placées en garde à vue.

Originaires d’Avignon, la jeune femme et ses amis étaient venus passer la soirée du Nouvel An à Montpellier. Les enquêteurs, qui ont inspecté les lieux de longues minutes ont découvert, à proximité du véhicule et du corps de la jeune femme, une arme de poing qui semble correspondre à celle ayant permis de tuer la victime. Selon des sources concordantes, ce pistolet appartiendrait à un des gardés à vue.

Les policiers vont désormais tenter de refaire le film de la soirée, afin de comprendre comme la victime a été tuée. Car si la piste d’un meurtre est envisagée, les enquêteurs n’excluent pas un acte accidentel lié à la manipulation d’une arme à feu par une personne en état d’ébriété. Dans tous les cas, le drame semble bien s’être joué entre les cinq amis. Selon des sources concordantes, les enquêteurs sont convaincus que le coup de feu avait été tiré depuis l’habitacle du véhicule.

Advertisements

Leave a Reply