Advertisements

Notre reportage à Minneapolis, dans l’épicentre des émeutes qui enflamment les États-Unis – Le Figaro

Spread the love

GRAND RÉCIT – De nouveaux heurts ont éclaté pour dénoncer l’assassinat d’un Noir par un policier.

Devant un immeuble en flamme, un manifestant dresse un poing, samedi soir à Minneapolis, en signe de protestation après le décés de George Floyd mercredi.
Devant un immeuble en flamme, un manifestant dresse un poing, samedi soir à Minneapolis, en signe de protestation après le décés de George Floyd mercredi. CHANDAN KHANNA/AFP

Envoyé spécial à Minneapolis

Le croisement de la 38e rue et de l’avenue de Chicago a été transformé en mausolée en plein air à la mémoire de George Floyd. Le portrait de cet homme noir mort pendant son interpellation lundi dernier par la police municipale a été peint avec des couleurs pop sur la façade de brique du magasin Cup Foods. Autour de son visage, un tournesol géant dont le cœur est couvert par les noms de dizaines de Noirs tués par la police américaine. Des gerbes de fleurs sont étalées sur le trottoir.

C’est dans ce petit supermarché que Floyd aurait donné un faux billet de 20 dollars au caissier, conduisant ce dernier à appeler la police. Et c’est sur ce trottoir que Floyd, extrait de sa voiture et menotté par les policiers, est mort. Ses dernières paroles, «je n’arrive pas à respirer», prononcées alors que l’agent Derek Chauvin le maintient plaqué au sol pendant 8 minutes et 46 secondes, un genou sur la nuque, sont devenues le slogan des manifestations qui ont éclaté depuis une

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.


Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Advertisements

Leave a Reply