« Notre patience s’amenuise », lance Joe Biden aux 80 millions d’Américains non vaccinés – Le Monde

Spread the love
Le président américain, Joe Biden, à la Maison Blanche, à Washington, le 9 septembre 2021.

C’était le 4 juillet, lors de la célébration de la déclaration d’indépendance des Etats-Unis : « Aujourd’hui, nous sommes plus proches que jamais de déclarer notre indépendance vis-à-vis d’un virus mortel », le nouveau coronavirus, se réjouissait le président Joe Biden.

Deux mois après, à l’issue du week-end du Labor Day qui marque la rentrée américaine, c’est raté. Le variant Delta inflige aux Etats-Unis une nouvelle vague de contaminations, qui encombre les hôpitaux et entrave la reprise économique, alors qu’un quart de la population n’a reçu aucune injection vaccinale. Le bilan quotidien est monté à 1 500 morts, en hausse de 30 % depuis quinze jours, et 100 000 personnes sont hospitalisées à cause du Covid-19.

« Nous avons un outil pour combattre le virus », a déclaré Joe Biden, jeudi 9 septembre, dans une longue allocution télévisée. « Cela prendra quelque temps », a-t-il reconnu, comprenant que certains soient « agacés » que 80 millions d’Américains ne soient pas encore vaccinés (175 millions le sont complètement) alors que le vaccin Pfizer a été approuvé définitivement en août. « C’est la pandémie des non-vaccinés », a accusé le président américain, alors que leur taux d’hospitalisation est dix-sept fois plus fort que celui des vaccinés. « Nous avons été patients, mais notre patience s’amenuise. Votre refus nous a tous coûté », leur a-t-il reproché, citant les lits d’hôpitaux occupés au détriment d’autres malades. L’Amérique est coupée en deux, avec des taux allant de seulement 40 % dans le Mississippi, l’Alabama et le Wyoming à plus de 70 % à Washington, DC, dans le Rhode Island ou dans le Vermont.

Pour reprendre la main, Joe Biden, qui a dénoncé la désinformation des antivax, a signé un décret rendant la vaccination obligatoire pour les employés de l’Etat fédéral et ses sous-traitants et pour ceux du secteur médical public. Les entreprises de plus de cent salariés sont priées d’exiger la vaccination de leurs salariés – comme le fait Fox News, la chaîne d’information conservatrice qui n’a cessé de semer le doute sur les vaccins, a noté avec malice le président américain – ou la présentation d’un test hebdomadaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le débat sur la vaccination obligatoire prend de l’ampleur aux Etats-Unis

« Ce n’est pas une question de liberté ou de choix personnel. Il s’agit de vous protéger vous et votre entourage… Mon rôle en tant que président est de protéger chaque Américain », a encore déclaré Joe Biden, dont les décrets concernent 100 millions de personnes. Il a demandé en outre qu’un test ou un vaccin soit exigé lors des réunions publiques (sport, spectacle) et annoncé un doublement des amendes dans les transports en cas de non-port du masque.

Il vous reste 63.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply