Nomination d’Eric Dupond-Moretti à la justice : un procureur de la République demande à être déchargé de ses fonctions – Le Monde

Spread the love

La nomination, lundi 6 juillet, d’Eric Dupond-Moretti au poste de ministre de la justice a provoqué un très vif émoi dans la magistrature allant jusqu’à pousser l’Union syndicale des magistrats (USM) à parler de « déclaration de guerre ». Pour la première fois depuis l’arrivée de l’ancien avocat à l’hôtel de Bourvallais, cet émoi s’est exprimé de façon plus concrète.

Le procureur de la République de Basse-Terre en Guadeloupe, Jean-Luc Lennon, 55 ans, a fait part dès le 7 juillet à sa supérieure hiérarchique, la procureure générale de la République de Basse-Terre, de son souhait d’être déchargé de ses fonctions, a appris Le Monde, confirmant une information de RCI Guadeloupe. Il a ensuite informé la direction des services judiciaires de son souhait. Une démarche prévue par les textes encadrant les carrières de procureurs et qui ne nécessite pas d’être justifiée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Eric Dupond-Moretti veut être « le garde des sceaux du dialogue »

Contacté, M. Lennon a confirmé les informations du Monde. Interrogé sur les raisons de sa démarche, celui-ci a simplement indiqué que sa demande de décharge de fonction « est directement liée à la nomination de M. Dupond-Moretti au poste de garde des sceaux et à l’inquiétude que je ressens sur l’indépendance du parquet que je vois s’éloigner ». Il a précisé qu’il n’avait « aucune casquette syndicale » et que sa démarche, « tout à fait personnelle », « pouvait s’apparenter à la clause de conscience dont peuvent bénéficier les journalistes ». « Je ne souhaite pas travailler sous l’autorité de M. Dupond-Moretti », a-t-il ajouté.

Lire le portrait : Eric Dupond-Moretti, l’ogre des assises devenu ministre de la justice

L’Union syndicale des magistrats, principale organisation représentant les juges, voit dans cette décision « le témoignage d’une forte inquiétude dans la profession », qui s’exprime en raison de déclarations passées d’Eric Dupond-Moretti « contre une partie des personnels qui relèvent désormais de son autorité ».

Un ancien policier

Toutefois, si les démarches que Jean-Luc Lennon a entamées auprès de la direction des services judiciaires devaient être suivies d’effet, il retournerait alors dans un premier temps au parquet général de Basse-Terre, qui est lui aussi placé sous l’autorité hiérarchique du ministre de la justice. S’agit-il d’une première étape avant une éventuelle mise en disponibilité ou un passage vers le siège où les magistrats sont statutairement indépendants ?

Avant d’être nommé procureur de la République de Basse-Terre en 2019, Jean-Luc Lennon avait été notamment procureur de la République de Lons-le-Saunier (Jura). Un poste où il avait croisé l’avocat Dupond-Moretti lors d’un procès d’assises. M. Lennon, ancien policier, avait aussi été auparavant en poste à Bastia comme procureur adjoint.

Il vous reste 14.54% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply