Noël, couvre-feu, secteur culturel… Les sujets sur lesquels Jean Castex est attendu ce soir – Le Figaro

Spread the love

Face au nombre de contaminations loin des «objectifs sanitaires» fixés par le président de la République le 24 novembre dernier, le gouvernement réfléchit à repousser la date fatidique du 15 décembre pour lever le déconfinement.

«Le 15 décembre, si nous sommes bien arrivés autour des 5000 contaminations par jour et environ 2500 à 3000 personnes en réanimation, nous pourrons passer à une nouvelle étape», s’était engagé Emmanuel Macron le 24 novembre dernier. Or, les objectifs sanitaires ne sont pas encore atteints. Même si le nombre de personnes hospitalisées s’approche du seuil fixé par le gouvernement, les contaminations sont elles trois fois supérieures. 14.595 cas positifs ont été enregistrés en France mercredi 9 décembre, selon le ministère de la Santé, soit le total le plus élevé depuis le 25 novembre.

Avec l’envolée des contaminations reviennent la crainte d’un prolongement des restrictions sanitaires. Afin d’éviter une troisième vague après les fêtes de fin d’année, l’exécutif cherche à trouver un équilibre que le premier ministre devrait dessiner jeudi soir à 18h lors d’une conférence de presse. «Moi qui suis un libéral intellectuellement, je ne devrais pas m’occuper de ce qu’il se passe dans les familles. Et maintenant je suis obligé de dire aux gens comment ils doivent réveillonner. C’est difficile pour moi !», a glissé Jean Castex en marge d’un déplacement dans l’Essonne lié au projet de loi controversé sur le séparatisme. «Nous sommes tous en train de prendre les décisions requises pour protéger Noël et les fêtes de famille», a déclaré de son côté Emmanuel Macron depuis Bruxelles pour le sommet européen. Les théâtres, cinémas et musées vont-ils pouvoir rouvrir ? Un couvre-feu plus strict va-t-il être instauré ainsi que les déplacements interrégionaux autorisés ?

» À VOIR AUSSI – Le déconfinement le 15 décembre aura-t-il bien lieu?

Réouverture des cinémas et théâtre repoussés ?

Depuis leur fermeture le 28 octobre dernier, la réouverture des théâtres, cinémas et musées se fait attendre par les professionnels de la culture. Mais elle pourrait être reportée au 20 janvier. Pour Joceyn Bouyssy, directeur des cinémas CGR, interrogé sur France Info le 8 décembre dernier, un déconfinement sans la réouverture des cinémas serait «un petit peu incompréhensible» car les salles sont «un lieu de rassemblement, de convivialité, tout en étant le plus sûr sanitairement parlant». Dans son plan sanitaire pour la réouverture des lieux de culture, la ministre, Roselyne Bachelot, avait prévu la mise en place d’un horodatage permettant de conserver les séances de 21h. Les séances pourront commencer «tous les matins à 9 heures, à 4 euros 50 pour donner envie aux gens de revenir et de vivre autres choses», ajoute Joceyn Bouyssy.

Le couvre-feu avancé à 20h ?

Le confinement devait laisser place, dès le 15 décembre et jusqu’au 20 janvier, à un couvre-feu de 21h à 5h du matin, selon le plan du président de la République, exposé le 28 novembre dernier. Toutefois, face à l’épidémie qui ne recule pas suffisamment, le gouvernement pourrait décider de l’avancer d’une heure. Une fois 20h ou 21h passées, selon l’heure définie par l’exécutif, il sera impossible de se déplacer sur l’ensemble du territoire français sans une attestation dérogatoire justifiant une obligation professionnelle, familiale ou sanitaire.

Faut-il annuler le nouvel an ?

«Je crois que le 31, il faut l’oublier», a alerté jeudi 10 décembre, sur BFMTV, le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’Hôpital Tenon à Paris. «Pour protéger 2021», selon l’infectiologue, il faut éviter à tout prix les rassemblements. Si la levée du couvre-feu pour le 24 décembre, promise par le gouvernement, ne semble pas remise en cause, celle du 31 pourrait l’être. Afin de limiter les déplacements au moment du passage en 2021, Jean Castex pourrait imposer un couvre-feu, peut-être plus léger que celui de 20h ou 21h. Pour l’épidémiologiste Dominique Costagliola, interrogé sur FranceInfo, il est «trop tôt» pour lever le confinement le 15 décembre. Il est essentiel «d’essayer d’avoir un minimum de contacts dans les sept jours avant les réunions de famille, ajoute-t-elle, pour garantir qu’elles ne soient pas trop à risque».

» À VOIR AUSSI – Noël, Nouvel an: le gouvernement recommande «une jauge de 6 adultes, sans compter les enfants»

Comment protéger les plus fragiles, notamment les aînés en Ehpad, tout en partageant avec eux les fêtes de fin d’année ? Laurent Garcia, cadre de santé à l’Ehpad des «Quatre saisons» à Bagnolet, en Seine-Saint-Denis a recommandé que «les résidents restent dans les établissements pour Noël. […] On ne pourra pas empêcher un résident d’aller voir sa famille, mais le résident qui fête Noël en famille aura sept jours d’isolement à son retour», a-t-il ajouté au micro de France Inter. Toutefois, plusieurs membres du personnel médical des Ehpad alertent sur les conséquences néfastes de laisser les aînés loin de tout contact familial pour les fêtes de Noël, particulièrement après une longue période d’absence.

Leave a Reply