Neuralink : le premier patient de l’implant cérébral rencontre des dysfonctionnements

Cela fait deux mois depuis que le premier patient à recevoir l’implantimplant N1 de Neuralink a partagé son témoignage. Un implant qu’Elon MuskElon Musk, un des deux directeurs de Neuralink, a décrit comme un « implant cérébral cybernétique télépathique ». Le patient en question est un homme tétraplégiquetétraplégique du nom de Noland Arbaugh, qui a expliqué en vidéo comment il pouvait désormais contrôler son ordinateur par la pensée.

Pourtant, tout ne s’est pas passé comme prévu. Le blog de Neuralink a partagé quelques détails sur un problème survenu dans les semaines qui ont suivi l’intervention. L’implant cérébral, de la taille d’une pièce de monnaie, fonctionne grâce à 1 024 électrodesélectrodes. Toutefois, un certain nombre d’entre eux ont commencé à se rétracter et la firme a même songé à retirer l’implant.

Ce problème a considérablement réduit le nombre de bits par seconde (bps) envoyés par l’implant. L’homme a constaté une latence de plus en plus importante et avait d’avantage de mal à contrôler le pointeur de son ordinateur. Heureusement, les électrodes semblent pour l’instant s’être stabilisées et les scientifiques de chez Neuralink ont trouvé une parade. Ils ont ajusté l’algorithme pour être plus sensible aux signaux neuronaux, amélioré les techniques qui traduisent ces signaux en mouvementsmouvements et amélioré l’interface utilisateur. Le résultat est une nette amélioration du bps, qui dépasse même désormais le record initial.

Neuralink n’a pas donné d’informations sur la cause de la rétractation des électrodes, mais visiblement semble assez confiant que cela ne devrait pas se reproduire puisqu’Elon Musk a lancé un appel pour de nouveaux volontaires. Le milliardaire a posté sur X que la firme accepte désormais des candidatures pour un second participant. Les conditions sont toujours les mêmes, à savoir avoir au moins 22 ans, être tétraplégique et résider aux États-Unis ou au Canada.


Article d’Edward BackEdward Back, publié le 21 mars 2024

Dans une vidéo diffusée en direct, Bliss Chapman de chez Neuralink présente le tout premier patient à recevoir l’implant cérébral N1. L’homme, qui peut désormais jouer aux échecs et à Civilization VI par la pensée, témoigne de son expérience.

Deux mois après avoir annoncé la pose du tout premier implant N1 chez un humain, la firme Neuralink d’Elon Musk lève enfin le voile sur son identité. Dans une vidéo diffusée en direct pendant près de 10 minutes, le patient raconte son expérience avec l’implant cérébral et la manière dont l’appareil a changé sa vie. Le patient est un homme de 29 ans appelé Noland Arbaugh, devenu tétraplégique il y a huit ans après un accidentaccident de plongée qui a disloqué ses vertèbres C4 et C5.

Accompagné de Bliss Chapman de chez Neuralink, l’homme commence par montrer une partie d’échecs en cours. Avant de recevoir l’implant, il devait utiliser une tige tenue avec la bouche pour commander l’ordinateur. Désormais, tout se fait par la pensée, comme de la télépathie. La vidéo montre le curseur qui se déplace sur l’écran, et cela semble quasiment aussi naturel qu’avec une souris.

Noland Arbaugh, le premier patient à recevoir l’implant cérébral de Neuralink, montre comment il l’utilise pour contrôler un ordinateur, et raconte son expérience. En anglais, activez la traduction automatique des sous-titres. © Neuralink

Une autonomie pour l’utilisation de l’ordinateur

Il a ensuite expliqué qu’il était très limité dans le temps d’utilisation de l’ordinateur auparavant, et avait toujours besoin d’un proche pour l’assister. Après avoir reçu l’implant, il a pu jouer tout seul au jeu Civilization VI jusqu’à six heures du matin. L’implant a toutefois nécessité un temps d’apprentissage. « J’essayais de déplacer, par exemple, ma main droite vers la gauche, vers la droite, vers l’avant, vers l’arrière, et à partir de là, je pense que c’est devenu intuitif pour moi de commencer à imaginer le déplacement du curseur ».

Noland Arbaugh a encouragé ceux qui hésitaient à s’inscrire en indiquant qu’il n’y avait rien à craindre. Pour lui, la chirurgiechirurgie était très facile, et il est sorti de l’hôpital au bout d’une journée. Toutefois, Neuralink a été vivement critiquée après un taux de mortalité très élevée lors des essais sur des primatesprimates, et une enquête est en cours suite au non-respect des protocoles d’hygiène pendant la manipulation des implants retirés des singes et contaminés par des agents pathogènespathogènes. Heureusement, l’homme semble n’avoir subi aucun effet secondaire. Malgré tout, il souligne que l’implant est encore loin d’être complètement abouti et qu’il reste encore beaucoup de travail.


Le premier volontaire à avoir reçu en janvier dernier l’implant cérébral de Neuralink s’est bien rétabli de son intervention à la grande satisfaction d’Elon Musk qui annonce que ce patient peut désormais se servir d’une souris d’ordinateur par la pensée et en contrôler le déplacement sur l’écran. 

Article par Futura avec ETX Daily Up, publié le 21/02/2024

Quelques semaines après la pose en janvier dernier d’un premier implant dans le cerveau d’un volontaire, Elon Musk a donné de ses nouvelles lors d’une interventions dans un Espace sur X (ex-TwitterTwitter) : « Il va bien. Le patient semble s’être complètement rétabli, sans aucun effet indésirable à notre connaissance. Il est aujourd’hui capable de contrôler une souris d’ordinateur, de la déplacer sur un écran simplement par la pensée. Nous essayons maintenant d’obtenir le plus grand nombre possible de pressionspressions sur les boutons par la pensée. C’est ce sur quoi nous travaillons actuellement. Et puis, nous voudrions bientôt avoir plus que simplement deux boutons. Nous essayons de progresser sur ce point, mais dans l’ensemble, tout se passe très bien ».

Les premiers à en bénéficier seront les paralysés

Cet implant, baptisé Telepathy, doit permettre, en théorie, de contrôler son téléphone ou son ordinateur, et à travers eux presque n’importe quel appareil, simplement par la pensée. Neuralink souhaite ainsi en faire profiter des personnes ayant perdu l’usage de leurs membres. La société peut donc, dès à présent, expérimenter son protocole d’essai médical impliquant son interface cerveau-ordinateur entièrement implantable et sans fil. L’implant doit transmettre les signaux cérébraux à une applicationapplication chargée de les décoder et de les transformer en mouvement.

Maltraitance animale, protocoles expérimentaux bâclés : le développement de l’implant Neuralink a été entouré de polémiques. Décryptage avec Emma Hollen dans Vitamine Tech. © Futura

Neuralink est le premier acteur à implanterimplanter directement sa puce dans le cerveaucerveau et ses premiers retours seront observés avec beaucoup d’attention par le monde scientifique. À plus long terme, cette technologie pourrait également aider à traiter la maladie de Parkinson ou l’épilepsieépilepsie. Pour rappel, Neuralink a par le passé expérimenté sa technologie sur des animaux.


Article d’Edward Back, publié le 30 janvier 2024

Malgré des controverses autour d’un taux de mortalité élevé chez les primates cobayes, l’implant cérébral de Neuralink vient d’être testé sur un humain. C’est Elon Musk qui l’a annoncé sur X.

Ça y est, les essais humains ont véritablement commencé chez Neuralink, l’entreprise américaine qui développe le fameux implant cérébral d’Elon Musk. Baptisé N1, cet implant de la taille d’une pièce de monnaie contient 1 024 électrodes pour enregistrer l’activité cérébrale et permettre de contrôler un ordinateur par la pensée. C’est le milliardaire lui-même qui a annoncé sur X (anciennement Twitter) la toute première implantation sur un humain.

L’implant de Neuralink a été au cœur de nombreuses controverses. Non moindre d’entre elles : la maltraitance sur les animaux soumis aux tests dans les laboratoires d’Elon Musk. © Futura

« Le premier humain a reçu un implant de @Neuralink hier et se rétablit bien, a déclaré Elon Musk dans un tweet lundi soir. Les premiers résultats montrent une détection prometteuse des impulsions des neuronesneurones. »

Une étude controversée

L’identité du patient n’a pas été dévoilée, mais pour cette première série de tests, Neuralink avait lancé un appel à volontaires. Ceux-ci doivent avoir au moins 22 ans, et être quadriplégiques suite à un traumatisme de la moelle épinièremoelle épinière ou la maladie de Charcot (sclérose latérale amyotrophiquesclérose latérale amyotrophique). Sont exclus tous ceux ayant déjà un implant comme un pacemakerpacemaker, qui font des crises d’épilepsiecrises d’épilepsie, qui doivent passer une IRMIRM ou encore qui reçoivent un traitement par stimulationstimulation magnétique transcrânienne. L’étude se déroulera principalement sur 18 mois, avec un suivi sur six ans.

Certains peuvent s’étonner du début des essais humains, alors qu’en 2022 une plainte avait été déposée car seuls 7 des 23 singes avaient survécu aux expériences. Le ministère américain des transports avait lancé une enquête l’année dernière suite à une alerte sur la contaminationcontamination des implants par des pathogènes dangereux. Néanmoins, la FDA (Food and Drug AdministrationFood and Drug Administration)) a donné son feufeu vert au mois de mai dernier.

Leave a Reply

Discover more from Ultimatepocket

Subscribe now to keep reading and get access to the full archive.

Continue reading