Netflix utilise en secret des images générées par IA dans ses documentaires

Le milieu de l’audiovisuel s’empare progressivement de l’intelligence artificielle, pour le meilleur… et pour le pire. Récemment, Netflix aurait utilisé de fausses images générées par IA pour illustrer l’un de ses tout nouveaux documentaires et ce, sans le préciser. Une pratique qui n’a pas vraiment plu à ses utilisateurs. 

Démêler le vrai du faux devient de plus en plus compliqué. Dotée de facultés impressionnantes, comme reproduire à la perfection la voix de n’importe qui ou encore générer des images extrêmement réalistes qui n’ont pourtant jamais existé, l’IA évolue et devient de plus en plus performante, et ce, à une vitessevitesse fulgurante. Ces capacités peuvent facilement induire le grand public en erreur et une utilisation non cadrée de ces nouvelles technologies peut poser de véritables problèmes éthiques quant aux informations qui sont quotidiennement délivrées.

Pas le temps de lire ? Découvrez cette actu au format audio dans notre podcast Vitamine Tech. © Futura

Netflix et ses fausses images 

Un exemple tout récent avec Netflix. La plateforme de streaming sort ce 10 avril un nouveau documentaire : Les Vérités de Jennifer, un true crime d’1 heure 30 qui revient sur une affaire criminelle qui a secoué le Canada en 2010. On parle de l’histoire de Jennifer Pan, une jeune femme condamnée en 2014 pour le meurtre de sa mère et pour tentative de meurtre sur son père. Pour illustrer la personnalité « pétillante, heureuse, confiante et très authentique » de Jennifer, comme la décrit l’une de ses amies de lycée, il semblerait que NetflixNetflix ait utilisé des images générées par IA. En tout cas, c’est ce que certains téléspectateurs reprochent à la plateforme. Doigts mutilés, traits du visage déformés, objets transformés en arrière-plan… Certaines images qui illustrent Jennifer Pan présenteraient des caractéristiques d’une photo générée par intelligence artificielle. Une pratique qui peut paraître mensongère puisqu’aucune annotation ne vient signaler que ces images sont fausses.

Netflix ne serait pas la seule plateforme à avoir utilisé des images générées par IA dans l’une de ces productions. La chaîne de télévision américaine HBO est également accusée de l’avoir fait dans l’un des épisodes de l’une de ses séries phares : True Detective. Plusieurs téléspectateurs auraient en effet remarqué qu’HBO présentait d’étranges posters de véritables groupes musicaux en arrière-plan dans une séquence, des affiches qui présentaient elles aussi plusieurs caractéristiques trahissant leur origine artificielle.

IA et production journalistique

Néanmoins, il faut relever une chose très importante. Il s’agit là de deux productions avec une finalité bien différente : d’une part, True Detective de HBO, une fiction qui a pour but de divertir et d’autre part, Les Vérités de Jennifer réalisé par Netflix, un documentaire qui a pour objectif d’informer le grand public sur un fait divers qui a fait l’actualité il y a plusieurs années. Alors plusieurs questions se posent : ne dénature-t-on pas la nature première d’un documentaire lorsqu’on relaye de fausses images sans en avertir le public ? Et puis utiliser des éléments issus du réel et les bricoler afin qu’ils correspondent à un récit ne s’apparente-t-il pas à manipuler la réalité ? Pour l’instant, HBO et Netflix n’ont pas répondu à ces accusations, mais il est évident qu’il devient urgent de réglementer davantage l’utilisation des intelligences artificielles dans les productions audiovisuelles. 

Les avancées spectaculaires de l’IA

Il est de plus en plus difficile de faire la différence entre une image générée par IA et un véritable cliché. L’intelligence artificielle devient de plus en plus performante. La preuve : la démo d’une toute nouvelle chaîne d’information censée être lancée dans les prochains mois aux États-Unis. Baptisée Channel 1, cette plateforme se décrit comme la toute première chaîne télévisée d’informations qui sera à 100 % générée par IA. Dans une de ses vidéos de présentation, Channel 1 donne un avant-goût sidérant de ce à quoi devrait ressembler leur futur JT. Mimiques, voix, gestuelle… tous les présentateurs que vous pouvez voir sur cette démo semblent réels alors qu’ils ne le sont pas. L’IA ajuste même le mouvementmouvement des lèvres de ces faux journalistes en fonction de la langue qu’on lui demande de leur faire parler. Une démonstration vraiment bluffante.

Mais attention ! Channel 1 affirme vouloir récupérer les dépêches des grandes agences, qui ont de vrais journalistes sur le terrain, les réorganiser et les faire lire à ses présentateurs virtuels afin qu’ils puissent délivrer une information correcte. Et c’est là que se trouve toute la différence entre le documentaire Netflix et les futures productions de Channel 1 : une transparencetransparence vis-à-vis des outils utilisés afin de délivrer l’information. Face à l’énorme pouvoir que peut avoir une image, il est nécessaire que le public sache directement face à quel type de cliché il se trouve. En attendant que tous les médias soient régis par une même législation en ce qui concerne l’utilisation d’intelligence artificielle, soyez vigilant à tous les contenus que vous pouvez voir ou entendre sur le net.

Leave a Reply

Discover more from Ultimatepocket

Subscribe now to keep reading and get access to the full archive.

Continue reading