Netflix à la Mostra : une nouvelle polémique d’arrière-garde

Spread the love

Netflix a du mal à se faire accepter par le monde du cinéma. Du Festival de Cannes aux Oscars, la polémique rebondit chaque année avec plus de force. Pourtant, la plateforme de streaming investit massivement dans des vraies œuvres cinématographiques et s’adapte en proposant des sorties en salles (limitées) pour certains films. Mais, ces efforts ne sont pas encore suffisants (le seront-ils jamais) si on en croit une tribune publiée dans Libération, s’insurgeant de la présence de trois de ses films à la Mostra de Venise.

Une « trahison » en faveur de Netflix

On peut donc y lire sous la plume de François Aymé, le président de l’Association française des cinémas art et essai, à quel point la présence de trois flms du géant du streaming est une « trahison » : Marriage Story, The Laundromat et The King. Les deux premiers sont en compétition, le dernier non.

Sous ses mots, Netflix deviendrait une sorte McDo voulant décrocher « trois étoiles au guide Michelin ».  

Elle en a l’ambition, les moyens financiers, mais ni l’esprit et encore moins la vocation. Soutenir et relayer cette ambition sans négocier, c’est trahir la mission originale d’un grand festival qui doit défendre les œuvres avant tout.

Il évoque aussi en creux une concertation entre les grands festivals pour faire face à Netflix. Du côté du festival, on a déjà évacué en amont la dimension spécifique de Netflix, mettant en avant que c’est la prime à l’art, à la qualité. Les cinémas ne souffrent pas particulièrement de la croissance des plateformes de streaming, même si leur multiplication dans les prochaines années pourrait faire évoluer la donne.

Pour l’heure, laisser la place à Netflix est avant tout une décision logique. Difficile de comprendre pourquoi un tel acteur, qui investit autant devrait se voir barré des festivals. A moins de continuer à croire en un système qui vit peut-être ses derniers moments…

Leave a Reply