Navigateur Chrome, le mode lite est-il un dangereux ?

Spread the love

Chrome est aujourd’hui l’un des navigateurs les plus utilisés sur Android. Il est au cœur de la consommation « web » de millions de personnes.

Cette base d’utilisateurs permet à Google de proposer une gamme impressionnante de fonctionnalités, allant d’un arsenal de sécurité avancé à des outils dédiés à la vitesse et à l’accélération des performances. Le mode Lite de Chrome cherche à réduire le temps de changement des pages pour minimiser l’utilisation de données mobiles. Si l’objectif est louable, les conséquences interrogent.

Google Chrome, ce quoi le mode lite ?

Le mode Lite est une pratique pour réduire l’utilisation de données mobiles en augmentant la rapidité de chargement des pages. L’approche consiste à envoyer les pages à Google pour ensuite les transmettre au smartphone (tablette) mais sans les composants lourds susceptibles de ralentir le chargement.

Techniquement pour se rendre sur une page Web le mode Lite envoie la page aux serveurs du géant. Ces derniers analysent son contenu pour le simplifier autant que possible en supprimant les composants jugés inutiles. Cela ne signifie pas nécessairement que l’apparence du site Web va changer.  Google tente alors de conserver au maximum le look et l’organisation de la page.

Mode Lite, Google réinterprète-t-il le Web ?

Concernant l’aspect « vie privée » de ce mode, il est expliqué que la connexion entre le navigateur et le serveur proxy qui s’occupe de tout est cryptée, bien que certaines informations soient toujours envoyées, y compris l’URL, l’utilisation, et les statistiques de performances des sites Web. La firme explique

« Les URL de demande sont consignées, mais les en-têtes Cookie et If-None-Match sont supprimés des journaux (et les cookies ne sont jamais vus dans le cas des pages HTTPS). En outre, le contenu des pages traitées par proxy est mis en cache mais il n’est pas enregistré. Les journaux ne sont pas associés à votre compte Google et toute l’entrée de journal est supprimée dans les 14 jours. Ces journaux sont également régis par les règles de journalisation de la recherche Google standard. » 

Enfin le « ménage » proposé par ce mode lite ne pose-t-il pas problème ? Comment s’assurer qu’il ne change pas la nature du contenu ? Comment est déterminé un composant lourd ou jugés inutile ? Le moindre changement dans une page ne peut-il pas transformer sa nature, sa pertinence, son objectif ? Comment Google peut-il réinterpréter selon ses propres critères le travail d’autrui ? Ce mode lite n’est-il pas problématique avec le droit d’auteur ?

Ce mode n’est disponible que sous Android pour le moment.

Leave a Reply