MWC 2021 : Elon Musk ne manque pas d’ambitions pour Starlink

Spread the love
MWC 2021 : Elon Musk ne manque pas d'ambitions pour Starlink

La couverture de Starlink – le service d’internet satellitaire lancé par Elon Musk – avance. Lors d’une conférence très attendue, donnée à distance au Mobile World Congress, le patron de SpaceX a indiqué que le service, déjà lancé en France, devrait disposer « à partir du mois d’août, d’une connectivité pour l’ensemble de la planète, à l’exception des pôles ». Pour l’homme d’affaires, l’objectif est toujours le même : il s’agit de proposer une connectivité satellitaire pour les régions peu couvertes. « Nous visons vraiment les régions très peu peuplées », explique-t-il au cours d’une intervention très suivie.

Pas question pour ce dernier de lésiner sur les moyens. Le patron de Tesla estime ainsi qu’il lui faudra investir jusqu’à 25 milliards d’euros, à long terme, pour faire de son service une réussite sur le plan commercial. Echaudé par les précédentes tentatives infructueuses de développer des services rentables sur le créneau de l’internet satellitaire, ainsi que par la concurrence à venir d’Amazon sur ce marché, Elon Musk soutient qu’« avant de réussir à avoir une trésorerie positive, il faudra probablement (investir) au moins cinq milliards de dollars, peut-être dix ».

Une manière de montrer les muscles alors que Jeff Bezos, le patron d’Amazon, a récemment indiqué vouloir injecter 10 milliards de dollars dans son projet d’internet satellitaire Kuiper. Si la concurrence de ce dernier devrait se faire plus précise au cours des prochains mois, Starlink dispose toutefois d’une avance certaine. L’entreprise, qui a déjà lancé plus de 1 500 satellites Starlink, revendique plus de 69 000 utilisateurs actifs de son service internet, un chiffre qui pourrait grimper à « plus de 500 000 utilisateurs d’ici 12 mois », estime Elon Musk.

publicité

Assurer l’avenir

Pour connecter « les 3 à 5 % de la population mondiale privée d’internet », l’entrepreneur souhaite également tendre la main aux opérateurs traditionnels. Et d’assurer être en discussions avec nombre d’opérateurs internationaux et avoir déjà conclu des partenariats d’envergure avec deux d’entre eux, sans toutefois citer de noms.

Augmenter la base d’utilisateurs du service passera également par une réduction du tarif des terminaux de réception, admet Elon Musk, qui entend bien mettre la main au portefeuille pour installer définitivement son service dans le paysage des télécommunications. « Même lorsque la trésorerie sera dans le vert, nous continuerons à investir pour ne pas rester à la traîne des innovations » dans le secteur des satellites, affirme-t-il.

Pour rappel, l’Arcep a autorisé au mois de février le service d’internet satellitaire Starlink à se lancer en France, où l’opérateur dispose déjà de trois satellites de base.

Leave a Reply